24 millions d'emplois de plus grâce à une économie plus verte

Freija Poot & Chris Simoens
18 juin 2018
Selon le rapport « Une économie verte et créatrice d’emploi » de l'Organisation internationale du travail (OIT), la transition vers une économie plus verte coûtera 6 millions d'emplois, mais en compensation, 24 millions de nouveaux jobs seront créés.

Une économie plus verte

Une économie plus verte implique le passage à une économie basée sur les ressources biologiques renouvelables comme alternative aux combustibles fossiles pour la production de substances chimiques, matériaux et produits. Le secteur de l'énergie doit en outre adopter des pratiques durables telles que la variation du mix énergétique, l'utilisation des véhicules électriques et l'amélioration de l'efficacité énergétique des bâtiments.

 

Impact

La transition vers une économie verte n'est pas sans conséquences. Le rapport de l'OIT prévoit la perte de 6 millions d’emplois, mais en parallèle, 24 millions de nouveaux postes seront créés, en particulier dans les secteurs des énergies renouvelables et de la construction. En fait, dans la majorité des secteurs, l'emploi augmentera et seuls 14 des 163 secteurs étudiés enregistreront des pertes d'emplois. La plupart des postes - plus de 2 millions - seront perdus dans les domaines de l'extraction et du raffinage du pétrole. Le Moyen-Orient et l'Afrique en seront les principales victimes car ces deux régions dépendent fortement des combustibles fossiles, en plus de l'exploitation minière.

Le passage à une économie circulaire génèrera 6 millions d'emplois. Cette économie fonctionne sur les principes du recyclage, de récupération, de location et de retransformation, au contraire de l'économie traditionnelle qui jette tout simplement les produits après usage. Quoi qu'il en soit, le changement climatique engendrera davantage de stress thermique. Le rapport prévoit que suite à cela, 2 % des heures de travail ne seront pas prestées pour raison médicale d'ici 2030.

Les pays à faibles revenus et certains pays à revenus intermédiaires ont besoin de soutien pour développer une économie durable et écologique dont personne n’est exclu.

La politique appropriée

La politique doit anticiper les changements afin de modérer l'impact attendu et la perte d'emplois. Les pays à faibles revenus et certains pays à revenus intermédiaires ont besoin de soutien pour développer une économie durable et écologique dont personne n’est exclu. En outre, les pays doivent prévoir des formations afin de développer les compétences indispensables à la transition vers une économie plus verte, entre autres pour une agriculture biologique plus intensive.  

Le rapport lance également un appel à une meilleure coordination des politiques de protection sociale et environnementale, afin que les revenus des ouvriers suivent la même progression que l'économie verte. Un transfert d'argent liquide, une sécurité sociale plus forte et une limitation de l'utilisation des combustibles fossiles constitueraient autant d'éléments permettant de contribuer à une croissance économique plus rapide, à la création d'emplois, à une répartition équitable des revenus et à une réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Enfin, le rapport préconise un dialogue social auquel participeraient les employeurs, les employés et le gouvernement. Il sera ainsi plus facile de concilier les objectifs sociaux et économiques avec les besoins d'un environnement sain.  

L'OIT est un partenaire clé de la Coopération belge au développement.

Emploi OIT
Retour au dossier
Imprimer
Dans la même catégorie - Article 16 /39 J’appartiens à la strate 3, et toi ?