Apprentissage ludique, ou comment joindre l’utile à l’agréable

Marloes Humbeeck
03 avril 2019
Lorsqu’ils apprennent en jouant, les enfants emmagasinent davantage de connaissances. VVOB – education for development applique cette méthode avec succès au Vietnam et en Zambie.

Apprendre doit être amusant

 

Qui a dit qu’apprendre devait être ennuyeux ? VVOB – education for development n’est pas de cet avis. L’organisation propose une méthode d’apprentissage innovante dans laquelle les enfants explorent de manière ludique le monde qui les entoure, ce qui leur permet d’optimiser le temps passé en classe.

L’apprentissage ne se résume pas à l’acquisition de connaissances factuelles. C’est également un processus par lequel les enfants apprennent à interagir les uns avec les autres, au-delà d’une seule écoute passive de l’enseignant. Car lorsque les enfants apprennent en jouant, ils participent activement au processus d’apprentissage. Ils peuvent poser des questions, rire, parler avec leurs camarades et raconter des histoires. Ce mode de transmission du savoir leur permet d’établir des liens entre leurs expériences et la matière, qui devient ainsi plus concrète.

Apprendre de façon plus divertissante s’avère souvent très stimulant. Les enfants vivent les journées scolaires avec moins d’appréhension et plus d’enthousiasme. Et tout le monde sait qu’on apprend plus vite quand on est motivé. Pour ces raisons, VVOB est convaincu qu’une pédagogie ludique en classe peut améliorer considérablement la qualité de l’éducation dans les pays en développement.

 

De la théorie à la pratique

 

Une bien belle idée sur papier que le VVOB a voulu mettre en pratique en expérimentant l’approche « Apprentissage par le jeu » (Learning Through Play) dans différentes régions du Vietnam et de la Zambie. Un projet couronné de succès!

 

Au Vietnam

 

Une enfant construit un tour à partir de blocs.
© VVOB

Au Vietnam, l’apprentissage s’était toujours limité à présenter des faits. Le jeu quant à lui a toujours été perçu comme moins important. Pour changer cet état d’esprit, VVOB a organisé, conjointement avec le Ministère vietnamien de l’Éducation, une formation pour des enseignants d’école maternelle. Ces derniers ont appris à évaluer le bien-être et l’implication de leurs élèves. Le bien-être signifie que l’enfant se sent à l’aise en classe et a suffisamment de confiance en soi. L’implication se manifeste lorsque l’enfant se montre concentré et intéressé.

Dans la province de Nam Giang, l’un des districts participants, le corps enseignant a découvert que les enfants obtenaient de bien meilleures notes dans le cadre des activités ludiques que pendant les périodes d’apprentissage. Au vu des résultats, plusieurs écoles ont exprimé leur volonté d’organiser des sessions d’inspiration pour leurs enseignants afin de leur permettre de réfléchir à de nouvelles techniques de jeu/d’apprentissage. D’autres régions du pays prennent également conscience du pouvoir de l’apprentissage par le jeu. Les Vietnamiens intègrent petit à petit cette approche à leur système éducatif.

 

En Zambie

Des enfants rient, aplaudissent et dansent.
© Jens Mollenvanger

En Zambie, VVOB soutient plusieurs partenaires, dont le Ministère de l’Éducation, en vue d’une introduction de l’apprentissage ludique. En outre, les enseignants suivent une formation pour apprendre à donner cours à des élèves parfois avec des moyens très limités.

VVOB encourage le travail de groupe, ce qui permet l’acquisition d’un large éventail de compétences linguistiques et sociales chez les enfants. Cette méthode se traduit souvent par un « Corner play », c’est-à-dire l’organisation de différentes activités en groupe dans chaque coin de la classe. Le choix de l’activité revient aux enfants, ce qui constitue une source de motivation !

Si l’apprentissage par le jeu a un impact positif, cette approche peut aussi semer le chaos dans la classe. Pour écarter ce risque, les enseignants apprennent à « diriger » leur classe. De cette manière, les élèves peuvent apporter une contribution active, mais le professeur garde le contrôle. La salle de classe ne se transforme pas en cour de récré, mais devient un lieu d’apprentissage amusant, interactif et intéressant.

 

Pour en savoir plus, lisez le technical brief

Éducation
Retour au dossier
Imprimer
Dans la même catégorie - Article 7 /34 Le bambou, un atout pour la construction durable en Équateur