Chacun est roi : Une mode de luxe éthique

Stefanie Buyst
27 juillet 2017
Dans le sud du Pérou, il existe une tradition séculaire autour du textile artisanal. Si le tissage et le tricotage étaient très populaires à l’époque des Incas, les habitants des Andes sont parvenus à maintenir la tradition. L’entreprise familiale péruvienne Royal Knit y contribue, notamment dans les provinces méridionales de Lampa ou Cusco. Son activité permet aux communautés agricoles de générer un salaire raisonnable grâce à l’élevage d’alpagas et de lamas

De génération en génération

Il y a 40 ans, Benita et Sebastián López étaient bénévoles pour Caritas, dans le cadre d’un programme d’aide alimentaire aux habitants de la région du lac Titicaca. Pendant leur bénévolat, ils décidèrent de dispenser des formations afin d’apporter de la valeur ajoutée aux techniques de tissage et de tricotage traditionnelles de la région. L’objectif était de conserver l’identité culturelle du Pérou en offrant un élan économique à l’artisanat. En 1985, ils commencèrent à commercialiser à Cusco des vêtements faits main par la population locale. Ces produits de qualité connurent un véritable succès.

La deuxième génération a depuis pris le relais. Leurs enfants Mariela, Gabriela et Yury s’occupent aujourd’hui de la gestion quotidienne. Pourtant, Benita crée toujours une grande partie des collections. Si elle réalisait ses croquis sur papier il y a quelques mois encore, ses patrons sont aujourd’hui faits à l’ordinateur. Elle s’épanouit à partager son expertise avec les tisserandes et couturières. Néanmoins, tout n’est pas rose depuis le décès de son mari en septembre 2015. Continuer l’aventure sans lui est difficile, mais la famille veut poursuivre son rêve : faire bénéficier tout un chacun d’articles de mode de qualité. A l’époque des Incas, les vêtements en laine d’alpaga étaient réservés aux membres de la famille royale.

Un petit lama blanc
© DGD/S. Buyst

Commerce équitable

Royal Knit est membre depuis 2004 de l’Organisation mondiale du commerce équitable (WFTO). L’entreprise a déjà organisé plus de 40 formations dans différentes régions du pays et commercialise ses articles dans le monde entier. Forte de centaines de tisserandes, l’entreprise familiale applique une dizaine de principes équitables, faisant appel à des fournisseurs respectueux de l’environnement (coton biologique et laine d’alpaga biodégradable) et utilisant du papier recyclé selon les critères FSC pour l’affichage des prix.

Après avoir suivi une formation, les tisserandes sont en mesure d’offrir des produits de qualité. Cela mérite un salaire décent, qui est défini de commun accord selon leurs besoins spécifiques.

Royal Knit veille aussi à bannir le travail des enfants et le travail forcé. Des horaires flexibles sont proposés pour permettre aux femmes de s’occuper de leurs enfants. L’entreprise respecte en outre les lois nationales et reçoit deux fois par an la visite d’inspecteurs pour vérifier si le lieu de travail répond aux conditions sanitaires, légales et de sécurité.

La Coopération belge au Développement soutient Royal Knit depuis 2012 via le Trade for Development Centre (TDC). Un premier projet de 52 500 euros a mis en avant une collection devant préserver les techniques ancestrales de tricotage et de tissage. La collection a été présentée dans des foires internationales en Allemagne. Le contact direct avec les acheteurs a permis de démontrer les avantages des articles. De nombreux clients ont été séduits par la mission de Royal Knit.

En 2014, un second projet autour de la mode haut de gamme et éthique s’est vu allouer le même montant. Objectif : surfer sur la vague des vêtements de luxe entièrement faits main, respectueux du fabricant et de l’environnement.

Royal Knit est convaincu que la formation sort les travailleurs de la pauvreté

La formation comme alternative à la pauvreté

Royal Knit est convaincu que la formation sort les travailleurs de la pauvreté. L’entreprise organise dès lors des cours (niveaux débutant, intermédiaire ou avancé) et des ateliers pour les autochtones. La formation de base dure environ trois mois à raison de quatre heures par jour en moyenne. La plupart des participants sont des femmes. Leur mari travaille souvent dans le secteur minier, loin du foyer. Elles n’ont que quatre heures par jour pour se former car elles doivent s’occuper des enfants.

Royal Knit fournit le matériel : machines, fiches techniques et manuels. Les élèves apprennent notamment à calculer le nombre de piqûres par ligne, réaliser un patron, coudre des vêtements à ourlet invisible et faire des boutonnières. Elles doivent aussi maîtriser les techniques de lavage des matières. La laine d’alpaga requiert en effet un traitement spécial. Au fil des formations, tous les participants utilisent les mêmes techniques de tissage et tricotage.

Royal Knit assure l’émancipation des femmes : leur salaire permet d’être moins dépendantes  de leur mari. De plus, elles peuvent allier famille et emploi, et assurer financièrement la scolarité de leurs enfants. Bref, une situation profitable à tous car les traditions séculaires se perpétuent, la culture du travail manuel perdure et le niveau de vie de la population locale s’améliore.

Du Pérou à la Belgique

Certaines pièces faites main de Royal Knit sont également vendues par le label de mode éthique belge LN Knits.

lama

Ellen Kegels a commencé à crocheter son 1er bonnet à l’âge de 16 ans. Alors qu’elle allait être diplômée de l’université, ses bonnets, ou « beanies », ont eu un tel succès qu’elle en a confectionné 350 durant l’hiver. Après avoir travaillé dans la publicité durant un an et demi, elle a décidé de se lancer dans les bonnets et les écharpes. Elle avait épargné l’argent de ses ventes durant toutes ces années. Elle a fait appel à un designer, créé un site web et composé une équipe de 10 grands-mères qui entre-temps assuraient la production.

Des amis l’ont mise en contact avec une organisation belge au Pérou. Ils ont décidé de lancer un projet qui offre un salaire décent aux mères adolescentes péruviennes grâce au crochetage et tricotage de laine de bébés alpagas.

En octobre 2011, Ellen, officiellement devenue indépendante à temps plein, avait deux collections à son actif : LN Beanies (B2C) et LN Andes (B2B). Elle travaille avec 3 fournisseurs péruviens dont Royal Knit qui fabrique principalement des gilets et des manteaux.

 

Textile Pérou
Retour Economie
Imprimer
Dans la même thématique - Article 7 /7 Le taux d’emploi dans le monde en 2017 sera en baisse