Comment le changement climatique peut-il nuire à notre santé?

Chris Simoens
01 décembre 2017
Le journaliste Andrew Mambondiyani (Zimbabwe) rédige essentiellement des articles portant sur le lien entre le changement climatique et la santé. Glo.be l’a rencontré en sa qualité de « journalist-in-residence » à l'Institut de Médecine Tropicale d'Anvers (IMT).

INTERVIEW

Comment le changement climatique peut-il avoir un impact sur la santé ?

Dans certaines régions du Zimbabwe, on ne trouvait généralement pas de moustiques qui transmettaient la malaria, mais c’est désormais le cas. Y compris durant la saison plus fraîche (mai-septembre), il n' y avait pas de moustiques, contrairement à aujourd’hui. Le changement climatique bouleverse donc la propagation des moustiques et augmente le risque de paludisme.

Mais l'impact du changement climatique peut aussi être indirect. Une étude menée au Malawi a montré que le nombre de malades du sida augmentait sensiblement pendant les périodes sèches. Pourquoi ? Les sécheresses prolongées causent une pénurie de nourriture. Un certain nombre de femmes se voient donc contraintes d’accorder leurs faveurs en échange de nourriture, ce qui provoque une augmentation du sida.

Les changements climatiques peuvent également conduire les habitants à augmenter leurs dépenses en nourriture. Les soins de santé passent alors au second plan.

Le gouvernement agit-il déjà ?

Le gouvernement fait beaucoup d'efforts. Il distribue des moustiquaires et des insecticides à pulvériser à l’intérieur des foyers. Ces produits, achetés grâce à des dons, montrent à quel point la situation est très précaire. Si les dons cessent, les habitants ne recevront plus rien. Les pouvoirs publics devraient disposer de ressources propres beaucoup plus importantes.

En outre, les priorités sont mal définies. Le Zimbabwe met l'accent sur la défense, de sorte qu'il ne reste presque plus de moyens pour les soins de santé. Cependant, de meilleurs soins de santé auraient un impact positif immédiat dans d'autres secteurs.

Quel est l'état du secteur des soins de santé au Zimbabwe ?

Pour le moment, tout est à l’arrêt. On ne trouve ni médicaments, ni analgésiques. De plus, il y a trop peu de personnel de santé et le gouvernement n’a pas les moyens de financer le peu de personnel de santé, les infirmières et les médecins sur place.

Ces produits, achetés grâce à des dons, montrent à quel point la situation est très précaire. Si les dons cessent, les habitants ne recevront plus rien. Les pouvoirs publics devraient disposer de ressources propres beaucoup plus importantes.

Comment les pays peuvent-ils disposer de ressources financières propres ?

Chez moi, par exemple, les terres sont riches en substances minérales comme les diamants et l'or, mais les profits qui en découlent vont à de grandes multinationales. Selon notre ex-président Mugabe, le Zimbabwe aurait perdu 15 milliards de dollars dans l'extraction de diamants.

Cependant, régler la situation économique s’avère être plus difficile que prévu car, bien que les hauts fonctionnaires sachent où piocher l’argent, ils sont trop impliqués personnellement et n’iront donc pas chercher cet argent. Ainsi, ils ne sont pas pressés de régler le problème.

Quel est l'impact de la pollution sur la santé ?

L'économie zimbabwéenne fonctionne si mal que les ordures ne sont pas collectées. Et les détritus exposés à l'air libre constituent un terrain de reproduction idéal pour les moustiques. Cela entraîne également une pollution de l'eau. Même en ville, les habitants utilisent l'eau polluée des rivières ou des puits profonds pour la cuisine ainsi que pour leur propre consommation. Il est évident que cela affecte la santé.

Travailler comme journaliste au Zimbabwe, qu’est-ce que cela implique ?

La liberté de la presse est inexistante. Chaque journaliste doit s’enregistrer. Si une personne se montre trop critique, elle est détenue pendant un certain temps. C'est le cas, par exemple, de deux journalistes qui ont écrit un article sur la pollution causée par des sociétés diamantaires qui entretenaient des relations étroites avec le gouvernement.

Moi-même j’ai déjà été arrêté, seulement quelques heures heureusement, mais mon affaire n’a pas été classée. Je peux encore être arrêté à tout moment.

 

Andrew Mambondiyani

Andrew Mambondiyani est un journaliste indépendant qui travaille pour divers magazines au Zimbabwe, mais surtout en Europe et aux Etats-Unis. Grâce au programme « journalists-in-residence », il a séjourné deux semaines à Anvers lors du Congrès international de médecine tropicale, organisé par l'Institut de médecine tropicale. Il a pu consulter des experts sur le lien entre le changement climatique et la santé.

 

Journalist-in-Residence

« Journalist-in-residence » est une initiative de l'Institut de médecine tropicale (IMT). Quatre journalistes d'Afrique, d'Asie et d'Amérique latine ont l'occasion d'approfondir leurs connaissances sur un sujet de médecine tropicale ou de santé mondiale. L'IMT est un partenaire incontournable de la Coopération belge au Développement.

Climat Santé Zimbabwe Pollution
Retour L'HUMAIN
Imprimer
Dans la même thématique - Article 18 /26 La communauté internationale veut éradiquer les maladies tropicales