Connecting Business initiative : impliquer les entreprises pour une réponse plus rapide en cas de catastrophes

Sarah Marlier
09 juin 2017
L’homme lutte quotidiennement contre les crises humanitaires de par le monde. Pour les aborder de manière plus efficace, l’ONU a lancé le « Connecting Business initiative » (CBi) en 2016, qui vise à soutenir l’engagement humanitaire des réseaux d’entreprises dans des pays qui souffrent de crises récurrentes. Ces structures bénéficient de formations qui les préparent à donner une réponse efficace et rapide en cas de catastrophe. Alexander De Croo, le ministre de la Coopération au Développement, a libéré 270.000 euros pour cette initiative.

Du 23 au 24 mai 2016 s’est déroulé le premier Sommet mondial sur l’action humanitaire à Istanbul. Ce Sommet a permis aux acteurs humanitaires d'apporter des propositions de solutions visant à assurer une meilleure prévention de ces crises, et d'améliorer la réponse à apporter lorsque celles-ci surviennent. Parmi ces solutions, le « Connecting Business initiative » a vu le jour.

Le Connecting Business initiative a permis la création d'un réseau d'entreprises malgaches spécialement préparé à fournir de l'eau, de la nourriture et des installations sanitaires aux victimes.

Cyclone à Madagascar

Avec l’aide du CBi, les entreprises d'un même pays peuvent former un réseau et développer des synergies visant la préparation à diverses catastrophes. Récemment, Madagascar a été victime d'un cyclone. Le Connecting Business initiative a permis la création d'un réseau d'entreprises malgaches spécialement préparé à fournir de l'eau, de la nourriture et des installations sanitaires aux victimes. Fréquemment, lors de catastrophes, les personnes touchées n'ont plus la possibilité de contacter leurs proches. Dans ce type de situation, des réseaux d' entreprises spécialisées dans le secteur des télécommunications peuvent également apporter des solutions rapides et efficaces.

L'exemple de Madagascar démontre donc la relevance humanitaire du CBI, au niveau local. Les victimes du cyclone n'ont pas dû attendre l'aide de la communauté humanitaire internationale, qui s'avère souvent trop tardive au vu de l'immédiateté des besoins. Chaque seconde compte pour les personnes en danger. Le fait d'avoir un réseau d'entreprises prêt à intervenir dans l'urgence peut faire la différence et sauver de nombreuses vies.

L'idéal serait que, dans le futur, chaque pays possède son propre réseau.

Soutien belge

Actuellement, le Connecting Business initiative soutient 11 réseaux d'entreprises actifs dans le monde entier : à Madagascar, Fidji, Haïti, Kenya, Mexique, Birmanie, Nigéria, Philippines, Sri Lanka, Turquie et Côte d'Ivoire. L'objectif du CBi est de développer le nombre de ces réseaux au fil des années. L'idéal serait que, dans le futur, chaque pays possède son propre réseau. De cette manière, l'entraide lors d'apparition de catastrophes serait notoirement renforcée, ce qui permettrait d'épargner de nombreuses souffrances. Le ministre Alexander De Croo a libéré 270.000 euros pour cette initiative.

Marina Skuric-Prodanovic, chef de l’unité secteur privé du Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) nous confie : « C'est la première fois qu'on parle de créer un réseau qui réunit non seulement les entreprises mais également les Nations Unies et la communauté humanitaire. La Belgique a été l'un des premiers pays qui a reconnu l'importance du Connecting Business initiative. Votre pays joue un rôle très important et fait désormais partie du comité exécutif du CBi. »

 

Secteur privé Catastrophes
Retour L'HUMAIN
Imprimer
Dans la même thématique - Article 46 /57 Les drones sont-ils utiles dans les crises humanitaires?