D’un voyage humanitaire à la création d’une marque équitable

Nicolas Crombez
30 janvier 2019
Le secteur du textile est très concurrentiel et connait de nombreuses dérives. Mais il y a de l’espoir : les marques équitables remportent l’adhésion des consommateurs. Le Belge Nicolas Crombez nous raconte comment il a créé Bajura.
Nicolas Crombez
Nicolas Crombez

 

Qui ?

Nicolas Crombez, cofondateur de Bajura.

 

Quoi ?

La création et le développement d’une marque équitable de sacs et accessoires irrésistibles.

 

Pourquoi ?

Parce que les scandales dans le secteur du textile sont trop nombreux, produire des articles respectueux des hommes et de la planète crée du sens.

 

Travail d’enfants, salaires indécents, pollution, … les scandales sont trop nombreux dans le monde du textile ! Pourtant, 94% des personnes interrogées souhaiteraient que le commerce équitable devienne la norme.

C’est dans ce contexte que nous avons créé Bajura, une marque de sacs et accessoires équitables faits main au Népal. L’objectif est simple : proposer des articles stylés respectueux des Hommes et de la planète.

 

Une histoire née dans l’Himalaya

Le récit commence en décembre 2016 dans un orphelinat de Katmandou. C’est là que je fais la connaissance de Paul, un jeune français y étant bénévole depuis 4 mois.

Consterné de voir les enfants se laver dans une rivière froide et polluée, Paul organise une collecte de fonds visant à construire des douches. Un ami népalais en profite pour lui demander de créer un site internet capable de vendre des sacs locaux en Europe.

Nous partons naturellement visiter l’usine de production et y rencontrons des artisans aux créations pleines de promesses !

L’idée de créer un site internet est alléchante, celle de créer une marque équitable irrésistible. Le projet Bajura est né !

La meilleure raison pour lancer une entreprise est de créer du sens, de créer un produit ou un service qui contribue à améliorer le monde.

Guy Kawasaki

Un concept positif

Pour nous, tout le monde doit être gagnant dans ce projet, du producteur de la matière première au client final. Nous réfléchissons alors à des engagements aux impacts les plus positifs possibles.

Le premier est de considérer les travailleurs non pas comme de simples moyens de production mais comme de véritables partenaires respectés. Ayant toujours été intéressés par le commerce équitable, il nous parait logique de respecter ses critères avec, à terme, l’objectif de recevoir notre certification. Dans un pays où 37,4% des enfants de 5 à 14 ans sont victimes du travail, cela prend tout son sens…

Amoureux du Népal, nous souhaitons aussi agir à un autre niveau. Nous prenons alors la décision de reverser une partie du prix de vente à 3 associations locales. C’est au client de choisir l’association lui tenant le plus à cœur.

Après des recherches sur la mode, nous tombons des nues quand nous apprenons qu’elle est la deuxième industrie la plus polluante au monde ! Le chanvre, matière naturelle déjà utilisée par notre partenaire, restera donc comme base de nos produits puisqu’elle est la plus écologique au monde (aucun pesticide, empreinte carbone négative, faible besoin en eau, …).

Nous ne sommes pas plus enthousiastes quand nous découvrons l’existence des colorants azoïques dans la plupart des textiles… Responsables de cancers, d’allergies, de pollution des cours d’eau et de bien d’autres désastres, nous décidons de les boycotter de tous nos produits !

Une couturière népalaise montre un panneau: "J'ai fabriqué votre sac"
© Bajura

Un cheminement naturel

On ne va pas se mentir, les moyens financiers de 2 jeunes sont souvent assez limités. Nous ne dérogeons pas à la règle… Nous demandons alors l’aide de notre entourage et constituons 2 groupes de soutien d’où découleront des éléments fondateurs du projet comme la création du logo ou des collections finales.

Toujours présent à Katmandou, je travaille main dans la main avec les partenaires locaux et me mets à la recherche d’associations transparentes à soutenir. Lors de mon retour en Belgique, nous lançons nos réseaux sociaux. De quoi avoir le temps de fédérer autour du projet et des valeurs défendues.

Les prototypes sont livrés en Belgique 3 mois plus tard. Les shootings prennent alors place, grâce à la participation bénévole d’amis membres des groupes de soutien.

Le lancement de notre site internet marquera la dernière grosse étape du projet.

Les prototypes sont livrés en Belgique 3 mois plus tard. Les shootings prennent alors place, grâce à la participation bénévole d’amis membres des groupes de soutien.

Shooting avec les sacs Bajura
© Bajura

Et maintenant ?

Notre gamme comprend actuellement des sacs à dos, des sacs de voyage, des tote bags et des trousses de toilette. Et comme il n’y aura jamais assez de produits éthiques et écologiques sur le marché, nous voulons étendre notre gamme avec des pochettes d’ordinateur. Nous les proposons via un crowdfunding qui nous permettra de continuer à préfinancer nos commandes comme le veut le cahier des charges équitable.

Alors, prêt à embarquer dans l’aventure avec nous ?

 

Envie d’en découvrir plus ?

Visitez notre site et suivez-nous sur Facebook , Twitter et Instagram 

Commerce équitable Travail décent
Retour au dossier
Imprimer
Dans la même catégorie - Article 5 /22 Connecter enseignants et élèves dans le monde entier