Et si le foot pouvait être bien plus qu’un jeu?

Alban Herinckx - A World of Football
07 juin 2018
J’ai toujours été un fan de football. Mais ma passion a des limites. Elle s’arrête là où le foot, celui qu’on voit tous les jours à la télévision, dérape dans l’argent-roi, la corruption, la violence, le racisme... Je sais pourtant que ce sport possède des valeurs extrêmement puissantes. Universelles. En réalisant des documentaires sur des projets uniques utilisant le ballon rond comme vecteur d’intégration, c’est ce que nous avons voulu démontrer en fondant le projet A World of Football (AWOF) avec quatre amis en 2012.

Qui ?

Alban Herinckx, Président et co-fondateur de l’asbl ‘A World of Football’

Quoi ?

Une association qui met en avant le pouvoir social du football comme vecteur d’intégration et de développement à travers le monde

Pourquoi ?

Le football est le sport numéro 1 au monde. Accessible à tous, il peut aussi changer des vies et diffuser des valeurs très fortes auprès des jeunes, dans toutes les communautés, lorsque les institutions classiques font défaut.

Un monde de foot

AWOF, c’est une vraie aventure humaine. Un tour du monde du football dans tous ses états. Armés de notre caméra et de nos crampons, nous sommes partis à la découverte d’acteurs qui utilisent le football pour le développement social dans leur communauté. Ce voyage exceptionnel nous emmènera dans une quarantaine de pays à travers le monde. Bien souvent, notre communication verbale se limitait à échanger les noms de nos Diables Rouges les plus connus. Mais partout nous avons constaté les mêmes émotions et sourires lorsque le ballon était en jeu. Il n’était pas nécessaire de parler la même langue ou d’avoir la même vie pour jouer ensemble. Qu’on soit moine tibétain, prisonnier au Brésil, banquier à New York ou jeunes palestiniens, nous jouons tous de la même façon.

En réalisant une capsule documentaire sur chacun de ces projets, nous voulions non seulement sensibiliser l’opinion publique, mais aussi aider ces acteurs à grandir tout en inspirant d’autres projets à se lancer ailleurs. Les 20 films AWOF ont notamment été diffusés sur les antennes de la RTBF durant les Coupes d’Europe 2012 et 2016.

Partout nous avons constaté les mêmes émotions et sourires lorsque le ballon était en jeu. Il n’était pas nécessaire de parler la même langue ou d’avoir la même vie pour jouer ensemble.

Tous Ensemble

Parmi les étapes les plus marquantes de ce périple, je soulignerais certainement notre arrivée en Palestine à la rencontre de notre première association. Des jeunes filles du village de Yata allaient pour la première fois traverser le Mur qui les séparent d’Israël pour un match un peu spécial avec de jeunes israéliennes. C’est la première fois qu’elles rencontraient des filles de l’autre communauté. Jusqu’ici, tout les séparait et nous avons pu sentir une terrible tension lors de l’arrivée des deux groupes sur le terrain. Mais après la peur, vint l’émotion lorsque les premiers sourires se sont échangés en même temps que les premières passes. Elles se rassemblent depuis régulièrement autour de cette même passion. Et je suis sûr que durant toute leur vie, malgré la haine qui les entoure, elles se rappelleront que sur ce terrain de foot, elles n’étaient pas si différentes.

Nous avons eu la chance de rencontrer à travers le monde de nombreux projets tout aussi forts où le football participe clairement au développement et à l’intégration. Que ce soit la réinsertion d’ex-enfants soldats en Ouganda ou dans un camp de réfugiés syriens, la prévention du Sida en Afrique du Sud ou l’émancipation des femmes en Inde… Nous avons aussi eu le plaisir de taper le ballon dans les plus beaux stades du monde. Nous n’oublierons certainement pas ce match avec toute une tribu Masai au pied du Kilimandjaro, celui contre des moines bouddhistes dans la cour d’un temple au milieu de l’Himalaya, ou encore ce terrain flottant sur l’eau dans un village de pêcheur thaïlandais. Le football nous a unis dans chacun de ces instants.

Pour nous, il est donc indéniable que le football détient un potentiel unique. Un potentiel qu’il serait dommage de ne pas utiliser à des fins sociales et éducatives.

Pour nous, il est donc indéniable que le football détient un potentiel unique. Un potentiel qu’il serait dommage de ne pas utiliser à des fins sociales et éducatives. Mais comme tout pouvoir, il connait aussi ses dérives. C’est donc avant tout grâce à ces acteurs qui encadrent ces valeurs et les transmettent autour d’eux que le football devient un des premiers vecteurs sociaux du monde. Soutenons ces acteurs, en Belgique et ailleurs, pour que le sport en général deviennent un vrai outil pour le développement, la paix et l’intégration.

Plus qu’un jeu.

 

Tous les films sont disponibles sur le site www.awof.org

 

Des filles israéliennes et palestiniennes jouent au foot
© AWOF
Des enfants rwandais regardent un match de foot
© AWOF
Des moines tibétains jouent au foot
© AWOF
Sport
Retour au dossier
Imprimer
Dans la même catégorie - Article 8 /22 Les bodas-bodas à l’ère numérique