Garantir l’accès à l’eau potable grâce à de l’énergie verte abordable

Enabel Mozambique
22 août 2018
En coopération avec le Fonds pour l’environnement de la Région de Bruxelles (IBGE-BIM), Enabel a entamé, au début de cette année, l’installation de systèmes de dessalement dans 6 communautés de la province mozambicaine de Gaza, où les sources d’eau sont trop salines pour être consommées en toute sécurité. Le 28 mai 2018 s’est achevée la construction par Enabel du premier système de dessalement.

Première unité de dessalement solaire sans batterie sur le continent africain


Un processus novateur recourant à l’énergie solaire permet de filtrer l’eau souterraine sans nécessiter de batterie pour stocker l’énergie, ce qui en fait la première unité de dessalement d’eau souterraine saumâtre en Afrique à fonctionner à l’énergie solaire sans batterie.

Deux entreprises internationales ayant des filiales au Mozambique ont été choisies pour installer le réseau d’approvisionnement en eau et les robinets, ainsi que pour se charger de leurs exploitation, entretien et gestion ultérieurs. Afin de répondre à tous les problèmes et questions, chaque district compte un opérateur (six au total) et un directeur général est basé à Chokwe. Le 28 mai dernier, la communauté de Manhiça a testé pour la première fois la qualité de l’eau et les robinets publics. Un peu réticents, les membres de la communauté ont ouvert les robinets et goûté l’eau, mais, en fin de compte, le chef de village et toutes les personnes présentes ont réagi positivement.

Au cours de cette même dernière semaine du mois de mai, durant la réunion annuelle du secteur de l’eau et de l’assainissement, le gouvernement mozambicain a réitéré son engagement à fournir de l’eau potable à l’ensemble de la population d’ici à 2030, dans le cadre des Objectifs de développement durable. L’ODD 6 vise en effet un accès universel et équitable à de l’eau potable sûre, à un coût abordable, de même qu’un accès de tous d’ici à 2030, dans des conditions équitables, à des services d’assainissement et d’hygiène adéquats.

On estime à 55% la proportion de la population mozambicaine à avoir actuellement accès à l’eau, à savoir: 43% dans les zones rurales et 77% dans les zones urbaines. L’an dernier, 80 systèmes d’approvisionnement en eau et 3.000 pompes manuelles ont été installés sur l’ensemble du territoire mozambicain.

Utilisation des nouveaux robinets dans la communauté de Manhiça, avec l’unité de dessalement et les panneaux photovoltaïques en arrière-plan
© Enabel

Le Ministre des Travaux publics, du Logement et des Ressources hydrauliques a déclaré que la construction de plus de 140 systèmes d’approvisionnement en eau est prévue en 2018. Vu la présence d’eau le plus souvent insalubre et saumâtre au Mozambique, une attention toute particulière sera accordée aux systèmes de dessalement. La route menant à l’atteinte de l’ODD 6 est encore longue et tortueuse pour le Mozambique, mais ce pays peut compter sur de solides partenaires de coopération tels qu’Enabel pour lui apporter appui, expertise et solutions innovantes.

Le projet d’alimentation en eau d’Enabel, mis en œuvre à Gaza, est entré dans sa dernière phase et clôturera ses activités au début de 2019 au plus tard. Ce projet a permis de construire 23 systèmes d’approvisionnement en eau desservant quelque 51.000 personnes, soit environ 23% de la population rurale des districts du nord de la province de Gaza. Enabel a de plus mis fortement l’accent sur la digitalisation, ce qui s’est soldé par la reconnaissance de Gaza comme première province de tout le pays à disposer d’une base de données exhaustive et fiable sur ses infrastructures hydrauliques (Akvo Flow Database). Des unités de dessalement innovantes à énergie solaire sont enfin en construction dans cinq autres villes similaires à Manhiça afin d’approvisionner la population en eau potable à proximité de leur domicile.

Le dessalement s’est avéré une solution viable pour les zones rurales du Mozambique, où près de 70% parfois des sources d’eau sont trop salines pour être consommées en toute sécurité. Enabel a joué un rôle important en promouvant ces technologies novatrices, qui ont contribué, grâce à son projet d’alimentation en eau à Gaza, au succès du cas pilote mozambicain. En outre, Enabel a œuvré d’arrache-pied à la durabilité du projet, et ce, à travers la formation du personnel local et la conclusion de contrats avec des entreprises privées mozambicaines pour la gestion des systèmes d’approvisionnement en eau et de distribution.

Pompe et filtres de dessalement
© Enabel

Enabel a impliqué dès le départ le gouvernement mozambicain en l’encourageant à mettre en place des solutions innovantes pour résoudre la question de l’approvisionnement en eau dans le pays.

Grâce à l’utilisation de panneaux photovoltaïques, le projet a de même fait le lien, de façon innovante, avec l’ODD 7 qui vise à garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, modernes et durables, à un coût abordable. Les nouveaux projets d’Enabel au Mozambique mettent tout spécialement l’accent sur l’ODD 7, puisqu’ils visent à améliorer l’accès à l’électricité renouvelable dans les zones rurales, et ce, à travers le renforcement des capacités du ministère de l’Énergie (projet CB MIREME) et des investissements dans des systèmes d’énergie renouvelable (projet RERD II). En conclusion, le projet d’alimentation en eau à Gaza constitue un pas certes petit, mais néanmoins important sur la route du Mozambique vers la réalisation de l’ODD 6; il induira en outre une amélioration des conditions de vie générales des communautés cibles du nord de la province de Gaza.

Eau Mozambique Énergie durable
Retour Planète
Imprimer
Dans la même thématique - Article 8 /10 L’eau source de vie, l’eau source d’ennuis?