La Guinée fait partie de l’ADN de Brussels Airlines

Nelson Castiaux
25 septembre 2017
Après deux ans au siège de Brussels Airlines, j’ai eu l’occasion de partir en Afrique. Je n’ai pas hésité longtemps, ma soif de découvertes et d’aventures et la belle opportunité que cela représente d’un point de vue professionnel ont suffi à me convaincre.
Donatien d'Hoop

 

Qui ?

Donatien d’Hoop de Synghem, Directeur Général de Brussels Airlines en Guinée.

Quoi ?

Brussels Airlines est une compagnie aérienne basée en Belgique. En plus de son réseau européen, la compagnie est réputée pour son réseau long courrier vers l’Afrique.

Pourquoi ?

La Guinée est l’un des pays les plus fragiles d’Afrique d’Ouest et elle fut lourdement touchée par l’épidémie Ebola. En plus d’apporter de l’aide humanitaire, Brussels Airlines sert de lien économique avec le monde.

Il a ensuite fallu convaincre ma compagne, Antoinette, qui peut s’impliquer en tant que vétérinaire pour aider les locaux. C’est une belle aventure que nous partageons à deux. Nous vivons des situations parfois difficiles (panne d’internet générale pendant une semaine au bureau, pas d’eau pendant quelques jours, pluie à l’intérieur de la chambre à coucher, …) mais aussi de belles rencontres.

Un pays en voie de développement

La Guinée est un pays surprenant, méconnu et plein de potentiel où tout semble possible même si le pays est considéré comme « difficile » : nous n’avons pas le confort auquel nous sommes habitués en Europe. Mais c’est aussi ça la spécialité et l’expérience de Brussels Airlines. L’Afrique est notre deuxième maison et même si le confort n’est pas le même, les guinéens sont des gens extrêmement accueillants. Le fait de travailler dans un pays aussi particulier permet d’en apprendre énormément d’un point de vue professionnel mais aussi d’un point de vue personnel.

 

Donatien d'Hoop devant avion

 

Lorsqu’on part dans un pays comme la Guinée, il faut mettre de côté notre vision européenne et croire que tout se passe comme chez nous. Il faut revoir ses attentes et s’adapter constamment, faire preuve de flexibilité. Que mon planning soit journalier ou hebdomadaire, je n’arrive quasiment jamais au bout. On est constamment interrompu, il faut gérer des problèmes ou des situations imprévues. En tant que responsable d’un pays pour Brussels Airlines, mes activités sont très variées. Il m’arrive de rencontrer des clients le matin, discuter de la présence d’oiseaux avec les autorités de l’aéroport sur le tarmac pendant l’après-midi, et assister à une réception officielle ou diplomatique le soir.

La Guinée est un pays surprenant, méconnu et plein de potentiel où tout semble possible même si ça le pays est considéré comme « difficile »

Une crise difficile : Ebola

Les premiers signes de propagation d’une épidémie Ebola sont apparus en avril 2014. En collaboration avec Médecins Sans Frontières (MSF) et l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Brussels Airlines surveillait la situation de près. Lors d’une crise pareille, une communication transparente est essentielle afin de garder la confiance de toutes les parties. Une analyse de risque était faite quotidiennement afin de ne pas mettre en danger nos passagers ou nos collègues navigants mais nous ne pouvions pas abandonner les pays touchés par Ebola. Nous avons donc continué à desservir le Sierra Leone, le Libéria et bien sûr la Guinée, en adaptant nos procédures afin de minimiser les risques. L’Afrique fait partie de l’ADN de Brussels Airlines qui y est réputée et il s’agissait de prendre nos responsabilités humanitaires en cherchant à solutionner le problème. En janvier 2015, nous apportions les premiers vaccins vers les pays touchés, c’est extrêmement marquant pour nous et pour les mémoires des Guinéens.

 

Brussels Airlines au Guinée

 

En plus d’apporter l’aide humanitaire pour que les pays puissent s’en sortir, Brussels Airlines était la compagnie qui continuait à relier les pays “Ebola” au reste du monde. Ebola a touché 3 pays de l’Afrique de l’Ouest, mais aux yeux du grand public, Ebola était partout en Afrique. Nous avons donc lancé une campagne « Africa is not Ebola » pour faire comprendre que l’Afrique est un continent énorme avec une grande disparité entre les pays et une multitude d’ethnies différentes.

Nous avons donc continué à desservir le Sierra Leone, le Libéria et bien sûr la Guinée, en adaptant nos procédures afin de minimiser les risques.

Coopération et développement

Les liens entre Brussels Airlines et la diplomatie belge sont très forts en Guinée ce qui facilite notre coopération avec les guinéens. Une compagnie aérienne est le pont qui relie un pays au reste du monde. C’est d’autant plus vrai pour un pays comme la Guinée où il n’y a pas autant de compagnies qu’en Europe. Brussels Airlines sert de lien économique entre la Guinée et le monde. Nous aidons au développement touristique du pays en étant partenaire de l’Office National du Tourisme guinéen et en participant activement aux différents forums économiques. Nous essayons également de promouvoir le savoir-faire guinéen et aidons là où nous pouvons. Cette aide peut être visible, lorsque nous sommes partenaire officiel d’évènements comme « Conakry capitale mondiale du livre », ou moins médiatique, en apportant des livres et des habits à des orphelinats.

La Guinée est un pays qui sort petit à petit de la crise Ebola : l’activité économique reprend et les différents acteurs économiques ou de coopérations reviennent. La Belgique, par exemple, a récemment fait de la Guinée un partenaire de la Coopération belge au développement.

Guinée Secteur privé
Retour au dossier
Imprimer
Dans la même catégorie - Article 15 /22 Action pour une informatique scolaire à "faible coût, faible consommation et faible maintenance"