La pomme de terre, le plus grand employeur des Andes péruviennes

Aurélie Van Wonterghem
07 juin 2018
Nous, les Belges, raffolons les pommes de terre. La Belgique est un important producteur et exportateur du célèbre tubercule mais le Pérou – le plus grand producteur de pommes de terre d'Amérique latine - est également un acteur à ne pas sous-estimer. 

La pomme de terre que nous connaissons trouve ses origines au Pérou où elle se cultive depuis près de 7 000 ans. Ce sont les conquistadors espagnols qui ont introduit les tubercules en Europe, avant qu’ils ne trouvent leur place dans la cuisine belge.

 

110 000 emplois

Dans le monde, quelque 341 millions de tonnes de pommes de terre sont produites chaque année. Les plus gros producteurs sont la Chine, l'Inde et la Russie. La Belgique et le Pérou produisent respectivement 4,6 et 4,5 millions de tonnes par an. La pomme de terre est la troisième culture la plus importante au monde, après le riz et le blé.

Le Pérou n'est certainement pas en reste par rapport à d'autres pays. Les champs de pommes de terre couvrent 300 000 hectares sur les terres des anciens Incas, soit presque quatre fois plus qu'en Belgique (80 000 hectares). La plus grande partie (96 %) de ces cultures s’étend dans la montagne andine. La diversité des microclimats permet d’y cultiver un large éventail de variétés de pommes de terre. La culture de la pomme de terre génère quelque 110 000 emplois, ce qui fait de ce secteur l’employeur le plus important pour la population andine péruvienne, qui travaille principalement dans l'agriculture.

Les pommes de terre constituent également la principale source de nourriture pour plus de 700 000 familles d'agriculteurs andins. Les tubercules présentent en effet une haute valeur nutritionnelle et sont riches en vitamines C, B1, B3 et B6. Ils représentent également une source de glucides tout en contenant trois quarts de calories en moins que le pain. En outre, les pommes de terre cuites contiennent davantage de protéines que le maïs et deux fois plus de calcium.

Dans le monde, quelque 341 millions de tonnes de pommes de terre sont produites chaque année. Les plus gros producteurs sont la Chine, l'Inde et la Russie. La Belgique et le Pérou produisent respectivement 4,6 et 4,5 millions de tonnes par an.

Un grand champ de pommes de terre.
© Shutterstock

Pattes de puma

Impossible de concevoir la cuisine péruvienne sans les pommes de terre, qui constituent l’ingrédient principal de nombreux plats. Entre autres spécialités, citons la « papa rellena » : purée de pommes de terre frites farcies de bœuf et/ou de légumes ; ou le fameux « lomo saltado » : un plat de viande traditionnellement accompagné de pommes de terre rissolées.

La culture des différentes variétés se transmet de génération en génération. Les familles d’agriculteurs cultivent chacune leur propre sélection de pommes de terre, ce qui implique parfois des dizaines de variétés sur le même champ ! Il est également intéressant de noter qu’en espagnol péruvien, on trouve plus de 1000 mots pour nommer la pomme de terre et ses variétés. Ces appellations ont souvent un lienavec leur apparence. Par exemple, il existe une pomme de terre grise et allongée appelée « puma maki » ou « patte de puma », et une variété rougeâtre appelée « puka k'usin » ou « citrouille rouge ».

Dossier pommes de terre

Impossible de concevoir la cuisine péruvienne sans les pommes de terre, qui constituent l’ingrédient principal de nombreux plats.

purée de pommes de terre frites farcies de bœuf et/ou de légumes
© iStock

Saviez-vous que.... ?

  • Un hectare de pommes de terre rapporte deux à quatre fois plus de valeur nutritive qu'un hectare de céréales.
  • Une pomme de terre cuite contient la moitié des besoins quotidiens en vitamine C et un taux élevé de vitamines B, de fer, de potassium et de zinc.
  • Fraîchement récoltée, la pomme de terre contient 80 % d'eau et 20 % de matière sèche dont quatre cinquièmes sont des féculents.
  • Au Pérou, la culture de la pomme de terre génère 110 000 emplois et 34 millions en salaires journaliers.
  • Le rendement à l'hectare en Belgique est plus de trois fois supérieur (50 tonnes) à celui du Pérou (14 tonnes).
Sécurité alimentaire Pommes de terre
Retour Economie
Imprimer
Dans la même thématique - Article 6 /6 Comment survivent les producteurs de pommes de terre au Pérou?