L'aide humanitaire vole de ses propres ailes

Arnaud Vander Linden
01 octobre 2012

UNHAS, la flotte aérienne de l’aide humanitaire

Malgré l’augmentation des catastrophes naturelles et de leur intensité, l’aide humanitaire d’urgence doit parvenir, dans un court délai, en toutes circonstances et en tout lieu aux populations les plus sinistrées. Dans cette optique, les Nations Unies ont demandé au PAM de gérer une flotte aérienne qui permettrait de répondre de la manière la plus adéquate possible aux catastrophes naturelles et aux autres crises humanitaires : l’UNHAS.

Le United Nations Humanitarian Air Service (UNHAS) est l’organe qui facilite les services aériens cargo et de passagers pour le compte du Programme alimentaire mondial (PAM) et d’autres organisations humanitaires. Ces services aériens peuvent prendre les formes suivantes : l’approvisionnement de l’aide alimentaire d’urgence dans des régions isolées, des évacuations médicales ou sécuritaires de personnes sinistrées, le transport du personnel d’aide humanitaire, etc. Ces services se justifient pleinement au regard de questions de sécurité, du mauvais état des infrastructures routières, des longues distances et du manque d’opérateurs aériens fiables dans les zones d’activités humanitaires.

Pour l’année 2010, le nombre total de passagers transportés par l’UNHAS s’élevait à 350.534. Parmi ceux-ci, 54 % sont des membres d’ONG et d’organisations internationales, 40 % du personnel de différentes agences des Nations Unies et les 6% restant font partie des médias, des donateurs et de la communauté diplomatique. Le PAM n’est donc pas la seule agence des Nations Unies à utiliser les services de l’UNHAS. Mais, le transport de passagers n’est pas la seule activité de l’UNHAS. En effet, le transport de marchandises humanitaires fait également partie de ses missions. En 2010, l’UNHAS a transporté l’équivalent de 14.833 tonnes d’aide humanitaire de par le monde.

Afin d’assurer toutes ses missions dans un bref délai et de réduire ses coûts, l’UNHAS dispose d’une flotte aérienne en stand-by. Cette base aérienne est idéalement située en Afrique centrale, à l’aéroport international d’Entebbe (Ouganda). Actuellement, le PAM travaille avec les donateurs afin de mobiliser plus de fonds pour des capacités additionnelles de stand-by durant les opérations d’urgence.

La Belgique soutient

Les opérations régulières de l’UNHAS sont les activités les plus difficiles à maintenir en raison de la disponibilité limitée des ressources. Ces opérations ont comme objectif principal de fournir des services aériens de bonne qualité, sûrs et en suffisance à la communauté humanitaire. En 2010, la Belgique a, par ses dons, supporté trois opérations spéciales : au Niger, au Tchad et en Centrafrique. Ce nombre a plus que doublé en un an. En effet, en 2011, la Coopération belge a pris part au financement de huit opérations spéciales de l’UNHAS (Niger, Centrafrique, Tchad, Côte-d’Ivoire, Somalie, Afghanistan, RD Congo et Ethiopie) pour un total de 5.050.000 euros.

Elle a également participé, à hauteur de 200.000 euros, à la formation aéronautique du staff de l’UNHAS.

Les contributions belges au service aérien sont programmées chaque année, elles se font en cash et sont dirigées vers les opérations les plus nécessiteuses sur base de discussions régulières avec le PAM. En 2010, la Belgique se classait à la 8ème position des pays donateurs finançant l’UNHAS avec un total de 3.238.542 euros. L’année suivante, la Coopération belge contribuait pour un montant total de 5.250.000 euros. Ce don est le plus important jamais octroyé à l’UNHAS par notre pays depuis ces 5 dernières années. Un nouveau financement de 5.500.000 euros est prévu pour 2012, les opérations à financer étant identifiées par le PAM sur base de ses besoins.

De ce fait, la Belgique reste un partenaire régulier et fiable de l’UNHAS. Car, la Coopération belge a bien compris toute l’importance et la plus-value que peuvent apporter ses services à l’aide humanitaire.

Aide humanitaire
Retour L'HUMAIN
Imprimer