Le droit à l'éducation pour tous les enfants

Lander Paesen
11 janvier 2018
Il y a 37 ans, je suis entrée en contact avec un médecin canadien qui accueillait les réfugiés vietnamiens et cambodgiens arrivant par bateau. Après dix ans de travail bénévole, j'ai été gagnée par le virus de l'aide humanitaire. En 1990, j'ai donc fondé ma propre organisation de développement, Cunina. Cela prouve bien que nous, simples individus, pouvons faire la différence.
Sophie Vangheel

 

QUI ?
Sophie Vangheel - Fondatrice et directrice générale de Cunina.

QUOI ?
Cunina - une ONG flamande qui envoie des enfants défavorisés du Sud à l'école, grâce à des parrainages individuels.

POURQUOI ?
Un enfant ne choisit pas son lieu de naissance. Quelles que soient ses origines politiques, religieuses ou sociales, chaque enfant a droit à un enseignement correct.  

Déesse du berceau

Nulle part dans le monde, un enfant ne choisit son lieu de naissance. Pourtant, l'endroit où se trouve son berceau joue un rôle déterminant dans le cours de la vie d'un nouveau-né. Ayant conscience de cet état de choses, Cunina - la déesse latine du berceau - parcourt les régions défavorisées afin d'aider les enfants à sortir pas à pas du cercle vicieux de la pauvreté. J'ai déjà réalisé plus de 130 projets d'éducation avec Cunina. Des hauts sommets du Népal au pays pauvre qu'est Haïti, nos écoles ont sensiblement amélioré les possibilités d'éducation des enfants du monde entier. Ce qui fait la différence, c'est notre approche personnalisée grâce aux parrainages individuels. Nos parrainages, le plus souvent sous la forme d'engagements de 12 à 14 ans, ont de cette manière déjà conduit plus de 13 500 enfants vers les bancs de l'école : de l'enseignement primaire au secondaire et dans certains cas même dans l'enseignement supérieur.  

Nos parrainages, le plus souvent sous la forme d'engagements de 12 à 14 ans, ont de cette manière déjà conduit plus de 13 500 enfants vers les bancs de l'école.

Music & Arts School

Au-delà des parrainages individuels, un volet de notre action prend la forme de projets, qui assurent un solide ancrage local. Je reviens justement d'Ouganda, un de nos six pays partenaires avec le Brésil, Haïti, l'Afrique du Sud, le Népal et les Philippines. Là-bas, nous avons inauguré en fanfare un superbe atelier de couture à 100 % belge. Les jeunes de 12 à 13 ans peuvent donner libre cours à leur créativité avec les textiles. L'atelier de couture est un deuxième projet qui aboutit, après la construction d’un dortoir. Celui-ci abrite 250 orphelins de la pluie et des moustiques de la malaria. En ce moment, nous lançons dans les massifs montagneux de l'Himalaya le projet d’une « Music & Arts School » avec le soutien de la « Love Tomorrow Foundation » de Tomorrowland. .

Responsabilité sociale des entreprises

Je suis extrêmement fière des réalisations de Cunina ces dernières 27 années. Fière que nous ayons pu amener tant d'enfants sur les bancs de l'école, mais également fière de l'avoir fait sans aide de l'État. Du jamais vu en Belgique ! Il n'y a qu'à demander au ministre de la Coopération au développement Alexandre De Croo, que j'ai reçu à l'occasion de mon 69e anniversaire à Geel. Je peux affirmer que l'ONG Cunina a été un des précurseurs dans le domaine des entreprises socialement responsables. Je me rends donc en personne dans de nombreuses entreprises afin de les sensibiliser à notre organisation. Cela fonctionne la plupart du temps, car nous pouvons avancer d'excellents résultats et nos coûts de fonctionnement sont particulièrement bas (8,93 % en 2016). De plus, nos ambassadeurs (Nathalie Meskens, Sabine De Vos, Luc Appermont et Wouter Torfs) nous font une magnifique publicité. Ils réussissent toujours à nous faire connaître notre cause auprès du grand public.  

Enseignement
Retour au dossier
Imprimer
Dans la même catégorie - Article 13 /22 Derrière les barreaux avec within-without-walls