L’entreprenariat pour sortir les jeunes de la pauvreté

Chris Simoens
14 mai 2018
L'Union européenne investit 1 million d'euros au Timor occidental. Objectif : éduquer les jeunes marginalisés à l'esprit d'entreprise dans le domaine de l'élevage. Yedityah Mella, chef de projet de Plan International Indonésie, nous donne l’explication.

Dans ma province de Nusa Tenggara Est (Indonésie) - qui comprend également le Timor occidental – trouver un emploi constitue un énorme problème. Près de 80 % des personnes rémunérées travaillent dans le secteur informel et disposent donc d’une sécurité sociale médiocre. De plus en plus de jeunes sont en situation de décrochage scolaire. Il en résulte une forte augmentation du nombre de personnes peu qualifiées. Beaucoup de jeunes partent à l'étranger pour trouver un emploi, par exemple comme domestique.

 

Villages pour le bétail

L'Union européenne (UE) veut apporter un changement, en collaboration avec Plan International Indonésie, pour lequel je travaille. L'UE investira 1 million d'euros de 2016 à 2019 pour aider les jeunes, en particulier les femmes, à gagner un revenu. Le projet touche 2 000 jeunes du Timor occidental par l'intermédiaire de huit organisations locales de la société civile qui reçoivent chacune 50 000 euros. Grâce à ce financement, ces jeunes recoivent ainsi une formation sur la manière d'élever des vaches, des porcs et de la volaille. On leur apprend aussi à préparer des aliments pour animaux à partir de produits locaux et en bout de chaine on les forme aussi sur le commerce du bétail.

Le projet touche 2 000 jeunes du Timor occidental par l'intermédiaire de huit organisations locales de la société civile.

En collaboration avec les autorités locales, des « villages de bétail » spéciaux sont également mis en place pour renforcer l'esprit d'entreprise des jeunes. Au total, le gouvernement local investit 200 millions de roupies indonésiennes (14 500 euros). Le premier village de bétail a été ouvert en mai 2017 par l'ambassadeur de l'UE en Indonésie.

Le soutien à ces jeunes marginalisés est nécessaire. En effet, il leur manque non seulement le capital, mais aussi les compétences et les connaissances techniques nécessaires pour fournir un travail de haute qualité. Ils ne disposent de presqu’aucun réseau. C'est pourquoi je dis aux jeunes qui veulent créer une entreprise que trois points sont importants : (1) une motivation et une disponibilité suffisantes ; (2) une idée concrète de leur projet ; (3) des compétences techniques suffisantes.

C'est pourquoi je dis aux jeunes qui veulent créer une entreprise que trois points sont importants : (1) une motivation et une disponibilité suffisantes ; (2) une idée concrète de leur projet ; (3) des compétences techniques suffisantes.

 

Yedityah Mella

Photo Yedityah Mella
© Plan International Indonesia

Polychrone

Par ailleurs, le climat des affaires en Indonésie est très différent de celui de l'Europe. Nous avons une vision complètement différente du temps, de la vie quotidienne et de la communication. L'Europe a une culture « monochrone ». Le temps est important, la ponctualité une qualité et le respect de l'horaire ainsi que le dévouement au travail est une attitude perçue positivement. Cependant, nous avons une culture « polychrone ». Nous attachons beaucoup plus d'importance aux traditions et aux relations qu'au temps. Peu importe que vous soyez en retard. Vous pouvez également vous libérer de votre emploi du temps en toute sécurité pour améliorer vos relations personnelles. Lorsque vous faites des affaires, bien sûr, vous devez en tenir compte.

Le gouvernement indonésien prend aussi des mesures pour encourager l'esprit d'entreprise, mais elles pourraient être plus spécifique. Soutenir, entre autres, l'esprit d'entreprendre chez les jeunes femmes. Notre projet est déjà considéré comme une réussite. Nous avons reçu des visites régulières de collaborateurs du gouvernement local. Lors des Journées européennes du développement (JED) à Bruxelles (juin 2018), notre projet sera le seul à représenter le fonctionnement de l'UE en Asie du Sud-Est. Il s'inscrit donc parfaitement dans le thème des JED, à savoir renforcer la position sociale et économique des femmes.

 

Élevage Entreprenariat Indonésie
Retour Economie
Imprimer
Dans la même thématique - Article 9 /12 Entreprendre à l'Est du Congo, c’est possible!