Les femmes au pouvoir en Ouganda

Heleen Annemans
01 juin 2015
Il y a deux ans, je travaillais comme Assistante Junior pour la Coopération technique belge (CTB) au Niger. Une de mes amies y était volontaire des Nations Unies (VNU). Après l'avoir entendue parler de ce programme, j’ai décidé que ce serait la prochaine étape de mon parcours. Cinq mois après mon retour d'Afrique de l'Ouest, je suis repartie, pour l'Ouganda cette fois.

VNU

Les pouvoirs publics belges soutiennent les programmes des Nations Unies qui offrent aux jeunes l'occasion d'acquérir une expérience dans une de leurs agences. Après mes expériences au sein de la coopération gouvernementale, j'ai voulu découvrir comment fonctionne une telle institution internationale. En tant qu'organisation multilatérale, l'ONU est souvent critiquée pour son inefficacité. S'il est important de mener un débat sur l'impact de la coopération au développement, mieux vaut le faire en connaissance de cause. C'est donc par curiosité, mais aussi avec l'envie de découvrir une nouvelle culture que je suis partie travailler pendant un an au sein de l'ONU avec le soutien de la Coopération belge au Développement.

 

ONU Femmes

Je suis devenue volontaire (salariée) auprès d'ONU Femmes, qui promeut l'égalité des chances entre hommes et femmes. S'il y a encore beaucoup de travail à faire en Belgique en la matière, la situation est encore plus difficile en Ouganda. Dans la société ougandaise, les femmes sont souvent cantonnées à des rôles subalternes et, malgré une légère évolution, les différences de droits et de devoirs entre les sexes sont encore importantes. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose, si cela s'accompagne d'une égalité des chances. Or, c'est là que le bât blesse.

En tant que Programme Officer Women Leadership, j’encourageles femmes à participer activement à la vie politique. L'Ouganda connaît un système de quotas, ce qui fait que le parlement compte aujourd'hui 35 % de représentantes féminines. Mais quantité et qualité ne vont pas toujours de pair. En 2014, j'ai encadré une étude qui examinait les chances et les obstacles rencontrés par les femmes qui se lancent en politique. Le fait qu'elles ne sont pas considérées comme des leaders naturels, l'intimidation sexuelle, un manque de capitaux de départ ou de financement pour les campagnes et le manque de connaissancesur la politique ne sont que quelques exemples des problèmes auxquels les femmes sont confrontées. Pour faire évoluer les choses, je travaille avec cinq grandes organisations locales autour de la bonne gouvernance et de la problématique du genre. Nous organisons des ateliers afin d'informer les femmes sur leurs droits, notamment le droit de vote et le droit de se présenter aux élections, sur la façon dont elles doivent mettre sur pied une campagne et sur le fonctionnement du vote.

Un deuxième volet de mon travail se situe au niveau national, car la législation est un levier important, en plus de la citoyenneté, pour améliorer le statut des femmes. Concernant l'égalité des chances, la constitution ougandaise est globalement positive. L'affirmative action, à savoir des mesures correctives pour les groupes défavorisés, permet de faire entendre la voix des femmes, des moins valides et des jeunes. Avec l'organisation Uganda Women in Parliament Association, nous encadrons les responsables politiques masculins et féminins en leur donnant des informations sur les législations respectueuses des femmes et sensibilisons les partis politiques pour qu'ils engagent de nouvelles candidates.

 

Résultat

Les prochaines élections présidentielles et parlementaires auront lieu en 2016. Ce sera l'occasion rêvée de vérifier si nos efforts ont porté leurs fruits. J’espère qu’on atteindra au moins 40 % de femmes au sein du prochain parlement !

Qui ?

Heleen Annemans, Volontaire des Nations Unies auprès d'ONU Femmes en Ouganda

Quoi ?

Encourager les femmes à participer activement à la vie politique

Pourquoi ?

Bien qu'il existe 30 % de femmes parlementaires, de nombreux obstacles demeurent et empêchent les femmes d'être actives sur le plan politique.

Droits de la femme Ouganda Genre
Retour au dossier
Imprimer
Dans la même catégorie - Article 23 /22 Clara découvre la traite des enfants au Togo