Les fermiers s’organisent contre la faim

Remy Schiffeleers
04 avril 2018
Remy Schiffeleers, éleveur dans la chèvrerie « De Levende Aarde » (Alken), tente à sa manière de contribuer à éradiquer la faim dans le monde.

 

Remy Schiffeleers

 

Qui ?

Remy Schiffeleers, agriculteur

 

Quoi ?

Des échanges et des stages avec des agriculteurs du Sud


Pourquoi ?

Il est fondamentalement injuste que des personnes souffrent de la faim.

 

950 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde, le double d’entre elles souffrent de carences en vitamines et en minéraux et 186 millions d'enfants montrent des signes clairs de malnutrition. Parallèlement, de plus en plus de personnes sont en surpoids, et chaque européen gaspille 179 kilos de nourriture par an. Cette situation est fondamentalement injuste. J'essaie depuis plus de 30 ans de faire une bonne action à ma manière, dans ma chèvrerie « De Levende Aarde » à Alken.

Confiance en soi

Ce sont surtout mes expériences en Afrique qui m'ont poussé à pratiquer l’élevage sur la base d'autres principes. Lorsque j'avais 25 ans, je pensais que je devais aller aider les pauvres petits Africains. Je suis alors parti au Burkina Faso, où j'ai été forcé de constater que tout n'était pas comme je l'avais imaginé. J'en ai conclu que si je voulais apporter ma pierre à l'édifice pour éradiquer la faim dans le monde, je devais le faire de chez moi.

C'est pourquoi il y a 30 ans, j'ai décidé de mettre en pratique une agriculture familiale intégrée, avec une chèvrerie relativement petite, dans un système en circuit fermé. Cette expérience concrète m'a fourni la base pour me lancer dans le transfert de connaissances avec des fermiers partout dans le monde. À cet effet, j'ai fondé « Trakomula » (TRAining & COnsulting MUndiale LAndbouw) : une agriculture mondiale fondée sur la formation et le conseil. Il s’agit d’une ASBL qui veut mettre en œuvre une agriculture durable, en collaboration avec la population. L'objectif principal est de stimuler la confiance en soi des stagiaires, quelle que soit leur origine. Je suis convaincu que la seule façon d’acquérir plus d’assurance est de voir que notre projet fonctionne correctement.

Au fil des années, j'ai visité de nombreux pays du Sud. Lors de mes déplacements, j'ai vu que beaucoup de gens que je rencontrais étaient contaminés par la « pensée humanitaire », dans le sens où ils pensent surtout à ce qu'ils peuvent « recevoir » d'un blanc lorsqu'ils en voient un. Nous sommes plutôt partis du principe d' « apprentissage pratique des connaissances et idées ». Plutôt que des matériaux et de l'argent, nous offrons des places de stages et un réseau. Un fermier du Sud souvent incapable de lire ou écrire, ne comprendra un modèle agricole que s'il peut en faire l’expérience pratique. Je crois également que chaque initiative entreprise doit pouvoir être renouvelée. Chaque fermier devrait pouvoir l'imiter.

Je crois également que chaque initiative entreprise doit pouvoir être renouvelée. Chaque fermier devrait pouvoir l'imiter.

Agroforesterie

Le plus grand point d'interrogation relatif à l'avenir de l'agriculture concerne la manière dont nous pouvons améliorer la teneur en humus du sol. Selon moi, la solution est d'élever des chèvres laitières en stabulation, d'utiliser des arbres fourragers (légumineuses) et des tonnes de fumier de ferme. C'est pourquoi je soutiens le système d'agroforesterie ou une combinaison de l'agriculture utilisant les arbres. Ainsi, on s'assure que des arbres utiles fassent de l'ombre dans les champs. On peut également planter des arbres qui servent d'alimentation pour les animaux. On peut alors cultiver du millet, du maïs, du sorgo, des arachides ou des haricots dans les bandes de terrain intermédiaires. Durant la saison sèche, on peut y cultiver des légumes. Je suis convaincu qu'il faut cultiver plus intensivement les légumes, en raison des sécheresses de plus en plus fréquentes.

De nombreuses autres problématiques méritent encore une attention particulière. Je suis intimement convaincu par le travail des animaux. Un animal de trait mange ce que vous cultivez, et produira à son tour du fumier que vous pouvez utiliser sur vos terrains. Selon moi, ces connaissances peuvent fortement contribuer à la lutte contre la malnutrition.

 

https://vimeo.com/ondemand/boussenababfr

 

remyschiffeleers@hotmail.com

0499-30 27 63

Agriculture Élevage
Retour au dossier
Imprimer
Dans la même catégorie - Article 10 /22 Du café colombien dans des tasses belges