Lutte contre les diamants de conflits en Côte d’Ivoire

Cloé Lefevre
09 juin 2017
Le SPF Affaires étrangères soutient les initiatives qui promeuvent la coexistence pacifique. Entre autres en Côte d’Ivoire.

Le Processus de Kimberley (PdK) permet de certifier que les diamants bruts ne sont pas vendus à des de financement d’un conflit armé. Il permet également d’éviter que les diamants de conflits n’arrivent sur le marché légal. Bien que la Côte d’Ivoire fasse partie des pays fondateurs du PdK, le pays n’a jamais été en mesure d’en appliquer les exigences minimales. Il désire toutefois en devenir un membre actif.

Le SPF Affaires étrangères fourni une assistance technique à la Côte d’Ivoire via AWDC (Antwerp World Diamond Centre). Le projet vise à accompagner et soutenir le pays vers une participation active au Processus. Pour appliquer les exigences minimales du PdK, la Côte d’Ivoire doit améliorer l’évaluation et l’expertise des diamants bruts.

La première partie du projet de l’AWDC consiste à dispenser une formation de base sur la gemmologie du diamant et sur les aspects importants de l’application du PdK à l’Administration ivoirienne. La deuxième partie comprend une formation de trois experts ivoiriens en Belgique pour approfondir la méthodologie systématique de classification et d’évaluation des diamants bruts. Enfin, un manuel technique d’évaluation des diamants a été élaboré.

Diamant Conflit Côte d'Ivoir Processus de Kimberley
Retour Paix
Imprimer
Dans la même thématique - Article 20 /19 Plus de femmes au pouvoir dans les communes tunisiennes