Mes modèles ? Des femmes énergiques qui rompent avec les stéréotypes !

Chris Simoens
23 avril 2018
Wanger Ayu est l’un des talents prometteurs de l’industrie de la mode à Abuja (Nigéria). Quelles sont les clés de sa réussite en tant qu’entrepreneur ? Elle raconte son histoire et donne quelques conseils et astuces.

Aujourd’hui, je suis une créatrice de mode assez accomplie à Abuja. Mais il ne s’agit pas de ma première affaire. J’ai d’abord lancé une petite entreprise qui livrait des repas, puis j’ai tenté de mettre sur pied une foire commerciale, pour enfin créer des bijoux et ouvrir une petite chaîne de magasins. Il m’a fallu arrêter toutes ces activités. L’échec n’est pas agréable, mais j’ai beaucoup appris, notamment à rendre mes planifications plus précises, à m’organiser plus efficacement et à évaluer l’impact de mes efforts. Ces compétences donnent une meilleure idée de notre situation et des aspects à améliorer.

À l’heure actuelle, je dessine et fabrique des vêtements pour femmes. Ma marque, Wanger Ayu, représente la créativité, la durabilité et l’innovation. Ma clientèle est très hétérogène, allant des femmes professionnellement actives aux personnalités connues issues de diverses classes sociales. Je suis très honorée qu’elles accordent autant de confiance à notre petite équipe.

 

L’échec n’est pas agréable, mais j’ai beaucoup appris, notamment à rendre mes planifications plus précises, à m’organiser plus efficacement et à évaluer l’impact de mes efforts. Ces compétences donnent une meilleure idée de notre situation et des aspects à améliorer.

Planifier, pousser, prier…

Diriger une entreprise n’est pas une mince affaire, a fortiori en Afrique. Les problèmes d’approvisionnement en électricité, l’instabilité économique, l’offre variable de main-d’œuvre qualifiée et les difficultés d’accès au capital comptent parmi les obstacles majeurs auxquels je suis confrontée.

Les facteurs clés de mon succès sont, entre autres, le développement d’une vision cohérente ainsi qu’une évaluation et innovation constantes. Un bon conseil pour les jeunes qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat dans mon pays : soyez préparé à vivre des hauts et des bas ! Ne vous laissez pas décourager par les échecs. Planifiez, poussez, priez, et répétez ces étapes si nécessaire. Une autre astuce ? Le soutien de la famille et des amis. Ils m’ont donné le courage de persévérer dans les moments difficiles.

 

Un bon conseil pour les jeunes qui souhaitent se lancer dans l’entreprenariat dans mon pays : soyez préparé à vivre des hauts et des bas ! Ne vous laissez pas décourager par les échecs. Planifiez, poussez, priez, et répétez ces étapes si nécessaire.

Mes modèles sont les femmes fortes qui bravent les stéréotypes et ne se laissent pas intimider. Elles parviennent à exercer des métiers traditionnellement masculins, ouvrant ainsi la voie à d’autres femmes. Je pense à la célèbre écrivaine nigérienne Chimamanda Ngozi Nyongo, la dirigeante de Uber Bozoma Saint John, l’actrice kenyane Lupita Nyong’o et, récemment, l’équipe féminine nigérienne qui a participé aux Jeux Olympiques d’hiver.

Il est assurément possible de réussir, même dans le climat actuel du Nigéria. Mais le gouvernement pourrait contribuer à un environnement de travail plus favorable. Je pense à un meilleur approvisionnement en électricité, à des mesures incitatives pour les start-up comme, par exemple, un avantage fiscal, et à une politique qui encourage les entrepreneurs. Certes, le gouvernement nigérian prête de petites et de grosses sommes, mais il peut faire bien plus.

Entreprenariat Nigéria
Retour Economie
Imprimer
Dans la même thématique - Article 11 /12 La patience finit par payer