mVAM: suivre la sécurité alimentaire en temps réel avec la technologie mobile

Aneta Szczyglowska
04 mai 2018
 
Dans le camp de Mugunga III en République démocratique du Congo (RDC), déchirée par la guerre, la téléphonie mobile est une bouée de sauvetage pour les personnes déplacées qui peuplent les abris temporaires et les tentes.

Les habitants de Mugunga III, à proximité de Goma et à l'ombre du volcan Nyiragongo, ont abandonné leurs maisons, ne conservant que quelques effets personnels et de maigres chances d'un revenu stable.

1,8 millions de personnes déplacées au Congo

Plus de 1,8 million de personnes sont actuellement déplacées à travers la RDC, deuxième plus grand pays d'Afrique. On estime que 7,5 millions d’individus nécessitent une aide alimentaire et humanitaire.

Cet interminable conflit a gravement affecté le développement de la RDC, en dépit de ses vastes ressources minérales. Et bien que l'agriculture constitue l'activité rurale première, avec un sol riche et fertile, le pays connaît un déficit de production estimé à 30-40%. La combinaison de ces défis contribue à l’instabilité, qu’il s’agisse de la sécurité physique ou du prix des denrées sur les marchés.

Afin de répondre aux besoins des personnes vulnérables, des agences humanitaires, comme le Programme alimentaire mondial (PAM) se basent sur des enquêtes-ménages et des évaluations du marché pour déterminer comment s’en sortent les familles, le type d’aide nécessaire et la manière adéquate de la fournir.

La collecte de ces données peut cependant s’avérer difficile, voire impossible, en particulier dans les situations de conflit et d'urgence. Envoyer des équipes dans un pays aussi grand que la RDC pour trouver les communautés touchées est un processus long et coûteux - pour ne pas dire difficile à reproduire si les communautés sont obligées de se déplacer fréquemment.

 

 

Afin de répondre aux besoins des personnes vulnérables, des agences humanitaires, comme le Programme alimentaire mondial (PAM) se basent sur des enquêtes-ménages et des évaluations du marché pour déterminer comment s’en sortent les familles, le type d’aide nécessaire et la manière adéquate de la fournir.

 

Une main noire tient un téléphone portable

Sondages téléphoniques réguliers

Depuis 2014, le système d’analyse et de cartographie de la vulnérabilité fondé sur la téléphonie mobile (mVAM) du PAM s’est tourné vers la technologie à distance pour contourner ces défis et créer un mode de recueil des informations plus flexible, rapide et efficace. En effectuant des sondages téléphoniques réguliers, le mVAM peut dialoguer avec les populations touchées et recueillir des données de manière cohérente. En fonction du contexte et de la complexité de l'information, ces enquêtes téléphoniques courtes se font par SMS, conversations en direct ou un système de réponse vocale interactive (RVI). Le RVI est automatisé et appelle les familles afin de recueillir des données ou les informer sur les prix et la distribution alimentaire ainsi que sur les projets du PAM.

Le secteur humanitaire a lutté dans le passé pour mettre les mégadonnées au service des actions de première intervention en raison de la nature dynamique des situations d'urgence et des divers contextes des pays. Ces dernières années, cependant, de plus en plus d'agences ont tenté d'exploiter la disponibilité et l'utilité des données pour apporter des réponses plus rapides et plus efficaces. En août, le PAM a lancé l'Innovation Accelerator, impliquant secteur privé, société civile et entrepreneurs pour relever les défis humanitaires et de développement, en particulier la famine.

Le mVAM a été une source d'inspiration pour cette initiative. Avec le soutien de sociétés de technologie, comme Google et Cisco, et de gouvernements, comme la Belgique, le mVAM a été lancé en 2013 en RDC et en Somalie. Il a depuis été renforcé pour fonctionner dans plus de 20 pays, y compris au Yémen et en Afrique de l'Ouest au cours de l'épidémie d'Ebola.

 

En RDC, 7,5 millions de personnes ont besoin d'aide alimentaire et d'assistance humanitaire.

 

Le premier téléphone mobile pour Agnes

En RDC, le mVAM aide le PAM à mieux comprendre la manière dont les gens parviennent à se nourrir à travers des enquêtes téléphoniques directes dans le camp de Mugunga III. Agnes Niyanzira, jeune veuve avec six enfants, a fui vers Mugunga III après les explosions de violence dans sa ville natale de Masisi. Les rebelles sont entrés dans sa maison, tuant sept de ses frères et sœurs. Agnes a également été blessée par balle à trois reprises – elle en porte les marques sur ses deux bras et a été contrainte de marcher avec le soutien d'une canne.

Équipée d’un téléphone mobile, le premier de sa vie, Agnes fait partie des 300 personnes qui reçoivent des appels téléphoniques mensuels d'un opérateur du PAM demandant ce qu'elle et ses enfants ont mangé et comment ils font face au manque de nourriture. On recharge son gsm gratuitement, et elle a non seulement l'accès au PAM, mais peut également passer des appels téléphoniques à ses proches à Masisi.

« Avoir un téléphone m'a beaucoup aidée », dit-elle. « Je ne m’inquiète plus autant si mon enfant tombe malade parce que je peux appeler à l'aide et même utiliser l’option torche (pour éclairer). » Agnes bénéficie également de l’aide alimentaire du PAM. Un travail dans des fermes voisines lui permet d’acheter des légumes frais, du poisson séché, et d'autres aliments sur les marchés locaux. Grâce au mVAM, le PAM est en mesure de localiser et combler les déficits vivriers et nutritionnels des familles comme celle d’Agnes.

Selon Jean-Martin Bauer, analyste principal au PAM et expert mVAM, les enquêtes par gsm ne sont que la pointe de l'iceberg. De plus en plus de gens possèdent et utilisent des téléphones mobiles à travers le monde. La disponibilité des applications gratuites de messagerie et l'expansion des services de transmission de données permettront donc  de leur apporter l’aide appropriée où qu’ils se trouvent.

Avec le soutien et l'investissement du gouvernement belge et d'autres donateurs, le PAM continuera d’ouvrir la voie de l'utilisation de la technologie pour éradiquer la famine.

Téléphonie mobile Portable Hi Tech Nutrition Informations
Retour Partenariats
Imprimer
Dans la même thématique - Article 30 /57 Renforcer les femmes pour diminuer la faim