Pourquoi le Congrès mondial de la pomme de terre est-il si important pour la Belgique?

Aurélie Van Wonterghem
03 juillet 2018
Pays de la frite par excellence, la Belgique est un acteur majeur sur le marché mondial de la pomme de terre. Pour assurer cette position, il nous était indispensable d'assurer un rôle de premier plan lors du Congrès mondial de la pomme de terre à Cusco (Pérou). Le président belge du congrès, Romain Cools, l'a expliqué à Glo.be.

La Belgique étoffe son réseau

La Congrès mondial de la pomme de terre, qui se tient tous les trois ans, est le rendez-vous de tous les acteurs du secteur de la pomme de terre dans le monde. Chercheurs, cultivateurs et hommes d'affaires se sont rassemblés à Cusco (Pérou) en mai 2018 pour discuter de l'avenir de la pomme de terre comme garantie de la sécurité alimentaire. Une délégation belge, dirigée par Romain Cools, représentait l'industrie belge des pommes de terre. En sa qualité de secrétaire général de Belgapom – l'association professionnelle du commerce et de la transformation de la pomme de terre belge –, M. Cools est actuellement le président du Congrès mondial de la pomme de terre (World Potato Congress - WPC). Cette ONG canadienne tente de devenir un réseau de premier plan pour la chaîne de valeur mondiale de la pomme de terre.

Le Congrès mondial de la pomme de terre de Cusco s'est concentré sur trois thèmes : la biodiversité, la sécurité alimentaire et le monde des affaires. Ce dernier thème mettait l'accent sur les possibilités de réseau pour les entreprises actives dans l'approvisionnement, le commerce et la transformation des pommes de terre. Par exemple, les directeurs des usines belges de transformation de pommes de terre telles que Pomuni Frozen et Agristo ont eu l'occasion de rencontrer des collègues et des fournisseurs grâce à leur participation au congrès. « Entre-temps, le Centre international de la pomme de terre (CIP) et l'Institution flamande pour la recherche technologique (VITO) se sont mis en contact afin de déterminer s'ils peuvent lancer un projet commun sur la télédétection en Afrique, dans le cadre de la Food Security Thematic Exploitation Platform (FS-TEP) », déclare Romain Cools.

En sa qualité de secrétaire général de Belgapom – l'association professionnelle du commerce et de la transformation de la pomme de terre belge –, M. Cools est actuellement le président du Congrès mondial de la pomme de terre (World Potato Congress - WPC).

Romain Cools spreekt het congres toe
© CIP

La dixième édition au Pérou, berceau de la pomme de terre, a coïncidé avec le 25èm anniversaire du WPC. Il s'agissait donc d'un événement spécial au cours duquel la délégation belge a été mise à l’honneur. En collaboration avec « Belgica Contigo » - une campagne de l'ambassade de Belgique à Lima, voir ci-dessous - notre pays a dressé un stand au congrès avec Belgapom, le centre flamand de marketing agricole VLAM, l'ONG Trias et VITO comme participants. VITO a présenté sa nouvelle application « WatchItgrow » qui permet aux producteurs de pommes de terre de surveiller le processus de croissance de leurs cultures grâce à des images satellites et des données météorologiques. Si nécessaire, ils peuvent adapter la culture et obtenir des pommes de terre de la plus haute qualité. VITO a reçu un prix pour la meilleure présentation au congrès, ce qui, une fois de plus, a positivement attiré l'attention sur notre pays.

 

La Belgique assume sa responsabilité sociale

Romain Cools voit un autre avantage important : « En plus de renforcer son réseau, le Congrès mondial de la pomme de terre offre à la Belgique l'occasion de mettre en lumière sa responsabilité sociale. Notre secteur offre bien plus que des exportations à sens unique ».

L'ambassade de Belgique à Lima a également contribué à la promotion de notre pays lors du congrès avec la campagne « Belgica Contigo » qui promeut la coopération entre la Belgique et les pays d'Amérique du Sud (Pérou, Bolivie et Équateur) dans le domaine de l'assurance soins et des ressources naturelles. L'ambassadeur de Belgique au Pérou a donné plusieurs interviews à la radio et à la télévision péruviennes sur « Belgica Contigo » et le secteur belge de la pomme de terre. L'ambassade a également organisé des réceptions de haut niveau à Lima et à Cusco, en présence de Mercedes Araoz, vice-présidente du Pérou, entre autres.

Enfin, l'ONG belge Trias a également pu mettre en avant ses activités dans le secteur de la pomme de terre. Trias travaille en étroite collaboration avec Coopagros, une association d'agriculteurs des Andes péruviennes. L'ONG organise des formations et fournit des conseils en matière de culture pour les agriculteurs de la montagne andine, en plus des microcrédits qu'elle octroie. De cette façon, Trias augmente la rentabilité de leur culture de pommes de terre, ce qui signifie que les agriculteurs sont mieux à même de satisfaire leurs besoins de base.

En plus de renforcer son réseau, le Congrès mondial de la pomme de terre offre à la Belgique l'occasion de mettre en lumière sa responsabilité sociale. Notre secteur offre bien plus que des exportations à sens unique.

Romain Cools

Trias a mis en place une coalition en Belgique : Coalición Chuño. Cette coalition se compose de Belgapom, de l'Institut de recherche de l'agriculture et de la pêche (ILVO), du Rotary Torhout-Houtland, de la province de Flandre occidentale et des étudiants des écoles secondaires VTI et VLTI. Elle utilise les connaissances et le savoir-faire du secteur flamand de la pomme de terre pour soutenir Coopagros dans la production, la transformation et la vente de la pomme de terre lyophilisée ou chuño, connue depuis des siècles. Cependant, le changement climatique a réduit la fréquence du gel nocturne dans la région andine. Les agriculteurs avaient donc besoin d'une salle de congélation pour produire des pommes de terre lyophilisées. C'est pourquoi la coalition, en collaboration avec Coopagros et les autorités locales, a construit la première petite usine de chuño au monde. Romain Cools, en compagnie de Trias et de la délégation belge, a rendu visite aux responsables du projet avant le que le Congrès n’ait lieu. Herman Van Rompuy a également mis en exergue ce projet unique par un message vidéo diffusé durant le congrès sur son engagement en tant que défenseur de l'organisation.

Lors du Congrès mondial de la pomme de terre, la Belgique, avec plus de 800 spécialistes du domaine, a cherché un moyen de garantir la sécurité alimentaire dans le monde entier. Notre pays considère que la biodiversité de la pomme de terre offre une partie de la solution. L'importance du congrès est une fois de plus devenue évidente, selon Romain Cools. « Le secteur de la pomme de terre est un secteur ouvert à la coopération internationale, d'où l'importance d'une participation active de la Belgique », conclut-il.

Pommes de terre Pérou
Retour Economie
Imprimer
Dans la même thématique - Article 2 /6 40 ans de partenariat entre la Belgique et le CIP