Sortir de la violence et croire à nouveau

Grégory Dianzenza
01 juin 2015
Oxfam aide les femmes à sortir d’un cycle de violence familiale au Nicaragua. Katia est l’une d’entre elles.

La décision courageuse de Katia

Partenaire d’Oxfam, l’organisation AMIFANIC vient en aide aux Nicaraguayennes et leur délivre un message : une vie sans violence est possible. Katia Josefina Lopez a vécu douze années de bonheur avec son ancien partenaire, le père de ses enfants, un sous-commissaire de police. Mais durant les trois années qui suivent, la situation familiale change du tout au tout. Katia et ses filles sont violentées. Son ancien partenaire, qui ne peut accepter le handicap d’une de ses filles, boit de plus en plus. Il rend sa compagne responsable de l’échec de leur relation. La vie de Katia devient en un rien de temps un enfer. Le psychologue du centre qui accueille sa fille la met en contact avec AMIFANIC. Grâce à l’appui de l’organisation, elle trouve la force de parler et déposer plainte au tribunal. Admettre publiquement la maltraitance est source de grande souffrance et de honte. Se retrouver face à son ancien compagnon est une terrible épreuve, mais Katia tient bon pour ses enfants.

Katia trouve désormais la force de parler et déposer plainte au tribunal

Croire en un autre avenir

Aujourd’hui, Katia ose rêver sans retenue. Elle aimerait tellement rouvrir un salon de beauté avec un espace coiffure et une petite bijouterie où elle installerait sa fille invalide comme vendeuse. Mais plus que tout, elle aspire à la tranquillité et à profiter de la vie avec ses enfants.

Le rôle d’Oxfam

Oxfam veut aider les femmes à se faire entendre et à devenir plus fortes. L’organisation non gouvernementale encourage donc les groupes locaux de femmes à mener des actions de prévention communes. L’ONG vient aussi en aide aux femmes et fillettes victimes de violences et mène des actions de sensibilisation via des partenariats avec d’autres organisations. L’un de ces partenaires est AMIFANIC, une organisation très proche de la population, et donc assez unique en son genre. Elle peut compter sur un vaste réseau de sympathisants et de « promotora », des bénévoles – souvent d’anciennes victimes – soucieuses de soutenir leurs compagnes d’infortune. Les membres d’AMIFANIC souhaitent aussi que les autres femmes en sachent davantage sur leurs droits, droits dont elles ne sont bien souvent même pas conscientes.

Genre Femmes Oxfam Violence
Retour L'HUMAIN
Imprimer
Dans la même thématique - Article 14 /17 La dimension genre