Tomates à la vietnamienne

Provincie Oost-Vlaanderen
17 juillet 2018
‘Cà chua’: la prononciation de ces mots reste obscure, mais c'est ainsi que l'on appelle une tomate en vietnamien. Dans la province de Lam Dong, on cultive de mieux en mieux ces petits fruits rouges... grâce au savoir-faire de la Province Belge de la Flandre orientale.

Le Lam Dong se situe dans le sud-est du Vietnam et constitue en quelque sorte le potager du pays, avec ses serres remplies de légumes et de plantes ornementales. Mais il y a encore d’ autres analogies avec la province de la Flandre orientale. En effet, la capitale provinciale Da Lat est connue pour ses recherches biotechnologiques, tout comme la capitale de la Flandre orientale, Gand. Les premiers contacts entre les provinces de la Flandre orientale et de Lam Dong remontent à l'an 2000, nous raconte la députée, madame Martine Verhoeve, en anticipant notre première question.

« Que peut offrir la province de la Flandre orientale au Vietnam ? » La Flandre, et la Flandre orientale en particulier, disposent d’un vaste savoir-faire dans le domaine des serres, des substrats, des variétés et de la fumaison. Ce sont ces connaissances que nous exportons. En échange, nos entreprises peuvent vendre leurs produits au Vietnam et le gouvernement provincial se charge d'établir les bons contacts. »

Le Professeur Geert Haesaert (faculté des Sciences agronomiques et d'Ingénierie biologique de l'Université de Gand) est une figure connue dans les missions au Vietnam. Il collabore avec les universités vietnamiennes et décrit le secteur comme étant en plein essor. 

La Flandre, et la Flandre orientale en particulier, disposent d’un vaste savoir-faire dans le domaine des serres, des substrats, des variétés et de la fumaison. Ce sont ces connaissances que nous exportons.

Martine Verhoeve

Il explique que : « De nombreux agriculteurs vietnamiens pratiquent la culture de plein champ, ce qui entraîne beaucoup de maladies liées au sol qu’il faut alors souvent désinfecter et pulvériser. C'est pour cette raison que ces fermiers se tournent désormais vers le substrat, un mélange de sphaigne composé entre autres d'engrais chimiques et de noix de coco. La récolte est grâce à cela meilleure et souffre donc de  moins de maladies. Nous conseillons également aux Vietnamiens des alternatives naturelles aux pesticides, tels que les ichneumonidés, les acariens prédateurs et les coccinellidés. »

Peter Sallaets, responsable senior des exportations de Greenyard Horticulture Belgium, vend des substrats dans plus de 60 pays. Depuis les missions provinciales au Vietnam, il fait de même au Lam Dong. Ce dernier affirme que : «de plus en plus d’exploitations horticoles vietnamiennes visent l'amélioration du rendement et de la qualité. Nous les aidons grâce à nos substrats et nos connaissances en matière de culture. Les missions provinciales sont d'une grande aide : en Asie, il ne suffit pas toujours de présenter un excellent produit pour conclure des contrats. Il faut aussi avoir un bon réseau. C’est en partie grâce aux missions que nous parvenons à ouvre les bonnes portes, ce qui permet à l'effet boule de neige de se mettre en marche : un client vietnamien a récemment repris une entreprise chinoise, et elle aussi se met à cultiver sur nos substrats. »

Hyplast, qui produit des bâches de plastique pour les serres, a également obtenu des clients vietnamiens par l’intermédiaire des missions au sein de la province. Tom De Smedt (responsable des exportations chez Hyplast) s’explique : « Nous expédions dans le monde entier et chaque feuille est adaptée au climat local. Au Vietnam, la lumière du soleil est directe et intense. Cela entraîne un stress pour les plantes, ainsi qu’une diminution du rendement. Notre membrane de plastique diffuse donc la lumière de manière plus équilibrée. »

Pour l'instant, les débouchés sont modestes, mais le potentiel est énorme. Tom De Smedt l'affirme : « le secteur des légumes fera un grand bond en avant dans cette région. Nous devons dès à présent parvenir à nous faire une place. Cela fonctionne assez bien pour le moment ; nous avons de bons contacts grâce à la province. Lors de la première mission, la province m’a fourni une liste de quatre personnes à qui je pouvais m’adresser. Ces personnes en question sont donc devenues très rapidement mes clients. »

Foto Martine Verhoeven

 

Nos missions sont d'ordre économique et scientifique. Nous soutenons les entreprises de la Flandre orientale nourrissant des ambitions internationales, en recherchant les bons contacts et en les accompagnant si besoin. En Asie, ce système ouvre des portes qui resteraient autrement fermées.

 

Députée Martine Verhoeve

Fraises et cacao

La province de la Flandre orientale concentre sa politique internationale sur des régions spécifiques : en Chine, sur la province du Hebei et au Vietnam, essentiellement sur la région autour de Hô-Chi-Minh-Ville et la province de Lam Dong. Elle vise les secteurs dans lesquels la Flandre orientale peut fournir un riche savoir-faire, tels que l'horticulture, l'élevage, l'aquaculture, la logistique et les technologies propres (cleantech). Outre le projet des tomates, de nombreux projets consacrés aux fraises et au cacao sont déjà conclus au Vietnam. Dans le secteur de l'élevage, l'Université de Gand et la Haute école de Gand, en collaboration avec des fournisseurs de la Flandre orientale, ont participé à un projet concernant le croisement de bovins locaux avec la race blanc bleu belge. Ces projets démontrent les bénéfices que l'on peut récolter suite à une collaboration internationale sur le long terme.

La députée Martine Verhoeve nous explique : « Nos missions sont d'ordre économique et scientifique. Nous soutenons les entreprises de la Flandre orientale nourrissant des ambitions internationales, en recherchant les bons contacts et en les accompagnant si besoin. En Asie, ce système ouvre des portes qui resteraient autrement fermées. Nous facilitons également la collaboration de nos université et hautes écoles avec les établissements d'enseignement au Vietnam et en Chine. Lors de telles missions, nous rassemblons consciemment des entreprises et des chercheurs belges d'un secteur particulier. Cette manière de faire apporte clairement une valeur ajoutée, et cette approche est un des fondements de notre politique internationale. »

 

Info

www.oost-vlaanderen.be/internationaal

 

Vous désirez en savoir plus sur la politique internationale de la province ?

internationaal@oost-vlaanderen.be

 

Vietnam Agriculture Entreprenariat
Retour au dossier
Imprimer
Dans la même catégorie - Article 14 /38 24 millions d'emplois de plus grâce à une économie plus verte