Une boisson sénégalaise à l'hibiscus conquiert la Belgique

Chris Simoens
08 avril 2019
Une boisson rouge vif d'origine sénégalaise connaît un succès grandissant. Les agriculteurs sénégalais fournissent les fleurs d'hibiscus biologiques à un prix équitable. L'entrepreneure Eva Ba raconte son histoire.
Eva Ba met echtgenoot Jules

 

Qui ?

L'entrepreneure Eva Ba et son mari sénégalais Jules Dabo

 

Quoi ?

Produire une boisson sénégalaise à l'hibiscus en Belgique, adaptée au goût belge

 

Pourquoi ?

Parce que les Belges aiment les boissons exotiques saines. 70 agriculteurs sénégalais caressent aussitôt l’espoir d’un avenir meilleur.

Mon père est sénégalais, ma mère est belge. Enfant, je voyageais régulièrement au Sénégal. À l'issue de mes études en gestion hôtelière, j'ai travaillé pendant 9 mois en qualité d’assistante en gestion dans un hôtel au Sénégal. Pendant mon séjour, j'ai rencontré mon mari, avec qui je me suis ensuite installée en Belgique.

Je travaille depuis longtemps sur le site StepStone ; mon mari occupe le poste de chef de projet informatique chez Edenred, une société de chèques-repas. Mais nous voulions trouver une activité épanouissante en parallèle de notre travail. C'est pourquoi nous avons créé il y a 5 ans une entreprise de restauration SéRégal qui fait partager l'expérience sénégalaise : plats et boissons typiques, danse, percussion, etc.

Entre autres choses, nous avons servi du bissap, une boisson sénégalaise à base d'hibiscus. Beaucoup de clients l'ont aimée et ont demandé où ils pouvaient l'acheter, mais en Belgique, elle était à peine disponible. Cette demande nous a donné une idée : pourquoi ne pas la produire nous-mêmes ?

Des fleurs d'hibiscus rouge vif
© Talina

70 cultivateurs d'hibiscus

Nous avons donc entrepris de mettre notre idée en pratique. Le bissap est une infusion de fleurs d'hibiscus séchées, que l’on trouve surtout au Sénégal. Mais nous avons vite découvert que les producteurs sont souvent sous-payés.

Nous sommes finalement entrés en contact direct avec un village d'environ 70 cultivateurs d'hibiscus, principalement des femmes. Nous les avons aidés dans leurs formalités administratives afin qu’ils puissent démarrer leur propre coopérative et obtenir un bio-certificat. Nous voulons améliorer les conditions de vie des producteurs. D'une part en payant un prix décent et durable, et d'autre part en rendant la coopérative plus autonome. Cette méthode permet aux agriculteurs de prendre en main leur destin. Nous travaillons en étroite collaboration et leur avons rendu visite en décembre dernier, le mois des récoltes.

Entre-temps, nous avons déjà importé 2 tonnes de fleurs d'hibiscus, soit 1 conteneur. Acheminer un conteneur du Sénégal vers la Belgique exige un travail administratif considérable ! Et la Belgique offre si peu de soutien dans ces démarches. Le Trade for Development Centre n'apporte son aide qu'après 5 ans de travail, et le label commerce équitable n'est délivré qu'après ce même délai. Mais l'importation a fonctionné et se déroulera déjà plus facilement la prochaine fois.

 

Nous voulons améliorer les conditions de vie des producteurs. D'une part en payant un prix décent et durable, et d'autre part en rendant la coopérative plus autonome.

Mise en bouteille à froid

Nous avons changé la recette. Le bissap sénégalais est très sucré ; notre boisson à l'hibiscus - que nous appelons « talina » - contient 30 % de sucre en moins. Nous voulons miserr sur l'aspect santé : la boisson à l'hibiscus est riche en vitamine C et en oligo-éléments, tempère l'hypertension et stimule la digestion.

Pour embouteiller notre boisson, nous nous sommes tournés vers un atelier protégé à Waremme. L'entreprise a même investi dans une machine permettant de mettre en bouteille des boissons froides sous haute pression. Par conséquent, nous pouvons nous passer de conservateurs et de pasteurisation, les vertus de l'hibiscus sont ainsi préservées.

La seule restriction majeure qu’impose ce procédé, c’est l’obligation d’utilisation de bouteilles en plastique. Et un certain nombre de magasins proposant des 'aliments naturels refusent de tels conditionnements. Cependant, nos bouteilles PET sont parfaitement recyclables.

La mise sur pied d'une entreprise exige beaucoup de temps, d'efforts et d'argent. Mais nous restons convaincus de la qualité de notre produit et nous nous sentons encouragés par les réactions positives de nos clients.

Chaînes de grands magasins

Autre obstacle délicat: la distribution ! Jusqu’à présent, nous contactons des magasins franchisés des chaines  Carrefour et Delhaize. Cela fonctionne plutôt bien. Mais nous devons approvisionner tous ces points de vente nous-mêmes. Le scénario idéal serait de livrer directement nos produits aux centrales d'achat des chaînes de grands magasins. Des négociations sont en cours, qui je l’espère aboutiront. Dans ce cas, des ventes chez les grands magasins devraient également être possibles.

Enfin, nous devons également mieux faire connaître notre produit. Pour le moment, notre marketing s’appuie principalement sur les médias sociaux, ce qui limite les coûts. Nous avons également développé un site attrayant. D’autres efforts sur le plan marketing restent bien sûr à faire à l'avenir.

L'idée du projet a germé il y a deux ans, et nous avons commencé à vendre la boisson en Belgique il y a 6 mois. Nous ne pouvons pas encore évidemment en vivre ! La mise sur pied d'une entreprise exige beaucoup de temps, d'efforts et d'argent. Et nos rares soutiens, nous devons les trouver nous-mêmes. Mais nous restons convaincus de la qualité de notre produit et nous nous sentons encouragés par les réactions positives de nos clients.

Nous avons déjà franchi de nombreux obstacles et nous espérons pouvoir vivre de notre entreprise d'ici la fin de l'année. L’entrepreneuriat est un métier certes difficile, mais très excitant, surtout si vous pouvez impliquer le pays de vos racines et offrir à certaines personnes l'espoir d'un avenir meilleur.

Trois bouteilles de boisson à l'hibiscus sur des fleurs d'hibiscus récoltées, avec en arrière-plan des femmes sénégalaises.
© Talina
Sénégal Diaspora Entreprenariat
Retour Globetrotters
Imprimer
Dans la même thématique - Article 2 /5 L’énorme potentiel de la diaspora africaine