Une école de 23 000 élèves réfugiés

VVOB
28 octobre 2019
Né dans un camp de réfugiés rwandais au Burundi, Jean Paul Sebisogo dirige actuellement une école qui accueille 23 000 étudiants réfugiés au Rwanda. Une formation en leadership dispensée par VVOB – education for development l'a fortement inspiré. Découvrez son histoire.
Portret van Mr. Sebisogo
Jean-Paul Sebisogo

Comme beaucoup d'autres chefs d'établissement, j'ai commencé ma carrière comme enseignant. J'ai donné cours dans une école primaire pendant cinq ans avant d'être promu. Après avoir travaillé au sein de plusieurs établissements, j'ai fini à Paysannat L, une école primaire et secondaire. Cette école de campagne se situe dans un district appelé Kirehe dans la province orientale, non loin de la frontière tanzanienne. Mon temps de trajet en scooter n'est heureusement que de 15 minutes.

J'arrive à l'école tous les jours vers 7 heures. Mon équipe - composée d'enseignants et de collègues administratifs - et moi-même discutons du programme du jour. Les cours commencent à 8 heures et j’en profite pour faire un tour des classes. Je supervise les professeurs et évalue les progrès de mes élèves. Mais je ne peux pas passer trop de temps avec eux car mes journées sont très chargées, surtout depuis 2016.

En 2015, les Nations Unies ont construit un camp de réfugiés à Kirehe. Aujourd’hui le plus grand camp du Rwanda, il compte près de 60 000 réfugiés burundais. Les enfants et les jeunes y ont également droit à l'éducation, c'est pourquoi nous avons considérablement agrandi notre école en 2016 avec l'aide du gouvernement rwandais. Désormais, je dirige un établissement de 22 935 élèves : 19 066 Burundais et 3 869 Rwandais. De nombreux enseignants burundais vivent également dans le camp de réfugiés. Grâce à eux, mon corps enseignant s'est étoffé de 107 personnes, ce qui signifie que j'emploie aujourd'hui 306 professeurs qualifiés. Des Burundais sont également venus enrichir mon service du personnel.

La stratégie de l'intégration holistique constitue le fondement de notre école. La barrière linguistique d'autrefois - le programme d'études au Rwanda est enseigné en anglais, tandis que la plupart des Burundais parlent français - est tombée grâce à la rapidité d'apprentissage bien connue des enfants et des jeunes. Nos étudiants parlent maintenant l'anglais à la maison. Une pleine intégration de tous les élèves dans l'ensemble des aspects de la vie scolaire est cruciale, quelle que soit la nationalité des apprenants. Il en va de même pour les enseignants qui dispensent désormais leurs matières en anglais également. La multiplicité des nationalités au sein de mon école ne génère aucune tension.

Mon équipe et moi-même organisons même des cours pour les membres du comité de parents. Nous voulons ainsi nous assurer que nous avançons dans la même direction quant à l'orientation que nous voulons donner à notre école.

Il y a cinq ans, j'ai participé à un cours de troisième cycle pour les responsables d'écoles organisé par VVOB à l'Université du Rwanda - College of Education. Ce cours « Leadership scolaire efficace » m'a apporté des connaissances approfondies dans ce domaine. J'ai, entre autres, appris à gérer au mieux mon école et à développer une vision à long terme. Mais ce qui nous a le plus marqué, c'est l'accent mis sur la collaboration. La collaboration avec et entre les parents, les enseignants, les élèves et la communauté scolaire dans son ensemble.

Laissez-moi vous donner un exemple. Les parents sont actuellement bien représentés à l'école, ce qui accroît immédiatement leur implication. Mon équipe et moi-même organisons des cours pour les membres du comité de parents et partageons les connaissances acquises dans le cadre du cours de leadership scolaire efficace. De cette manière, nous sommes tous sur la même longueur d'onde quant à l'orientation que nous voulons donner à notre école.

La collaboration avec l'ensemble de la communauté scolaire - dans notre cas, l'Église, les autorités locales et les organismes qui fournissent les repas scolaires - a eu une incidence colossale sur les résultats des élèves qui passent les examens nationaux. Nous réunissons différents acteurs impliqués qui tissent ensemble un réseau solide et fiable dans lequel les étudiants peuvent apprendre et grandir.

 

Retrouvez également ce court métrage du HCR de l'ONU présentant le témoignage d'un élève de l'école de Jean Paul Sebisogo :

 

Qui est Jean Paul Sebisogo?

 

Jean Paul Sebisogo est né en 1976 dans un camp de réfugiés rwandais au Burundi. Il est retourné dans son pays d’origine pour y suivre ses études secondaires et universitaires en pédagogie. Depuis lors, il a accumulé 20 ans d'expérience dans le domaine de l'éducation, dont 15 ans en qualité de directeur dans divers établissements. Depuis 2011, M. Sebisogo dirige Paysannat L, une école primaire et secondaire dans la province orientale du Rwanda que fréquentent près de 20 000 réfugiés burundais.

 

En 2014-2015, il a suivi la formation diplômante de VVOB, « Effective School Leadership » à l'Université du Rwanda - College of Education. En 2019, il a pris la parole lors de la conférence annuelle d'Educaid.be organisée à Bruxelles « Education et déplacement. Fournir  une éducation de qualité aux réfugiés et aux personnes déplacées dans les pays du Sud : défis et approches ».

Aide humanitaire Rwanda Burundi Éducation
Retour L'HUMAIN
Imprimer
Dans la même thématique - Article 4 /57 Une vie digne pour les Rohingyas au Bangladesh