Une polarisation pernicieuse ? La Kazerne Dossin enraye la spirale

Chris Simoens
09 octobre 2019
La Kazerne Dossin (Malines) dispense des formations sur la polarisation et s’emploie à mettre en place une plate-forme de connaissances pour mettre en lumière son mécanisme. Une démarche essentielle.

La polarisation se fait-elle davantage sentir aujourd'hui ? Très difficile à dire. Le phénomène est intrinsèquement humain. Nous évoluons dans un monde complexe peuplé de nombreux groupes de personnes aux caractéristiques différentes. Pour éclaircir les choses, nous avons tendance à leur donner un nom, à les étiqueter. Bref, nous commençons à penser en « nous versus eux ».

Homme et femme, Flamand et Wallon, gauche et droite, musulman et chrétien, protestant et catholique, nord et sud, le peuple et l'élite.... Ce sont des catégories, il n'y a rien de mal à cela. Mais les étiquettes peuvent parfois se montrer trop collantes. Peu à peu s’enracine une image de l'autre qui ne repose plus sur des faits ; elle devient simplement une construction mentale. Par exemple, « les migrants sont violents et convoitent nos emplois ».

 

Les 10 étapes d'un génocide

« Des choses simples comme diviser les gens en groupes et leur attacher un symbole peuvent conduire à une polarisation profonde et même à un génocide », explique Adriaan Baccaert, collaborateur polarisation à la Kazerne Dossin (Malines). « Telles sont les conclusions de Gregory Stanton, qui a étudié tous les génocides de l'histoire moderne ».

Stanton distingue 10 étapes qui peuvent mener à un génocide. Le processus commence par la classification et la symbolisation. Selon Baccaert : « Appeler quelqu'un un homme ou une femme et attribuer ensuite une icône à chaque sexe sur une porte de toilettes est anodin. Mais forcer les gens à porter une étoile juive va bien au-delà. La sixième étape - après la discrimination, la déshumanisation et l'organisation - est la polarisation. Jusqu'à l'étape 6, les groupes peuvent plus ou moins coexister, mais à partir de ce stade 6, la cohabitation devient impossible. Puis les signaux d'alarme se déclenchent vraiment. Dans le pire des cas, la situation évolue vers les étapes de préparation, de persécution et d'extermination. »

Dès que l'étape 6 – à savoir, la polarisation - est atteinte, la modération n'est plus envisageable. Baccaert explique : « Pendant la guerre civile espagnole, vous étiez soit communiste, soit franquiste. Dans une situation de polarisation profonde, la position centrale disparaît : elle est réduite au silence ou forcée de prendre parti. Lors de l'affrontement entre Tutsis et Hutus au Rwanda, les personnes modérées ont également éveillé la suspicion et ont été assassinées. »

Il est clair que l'engagement de la Kazerne Dossin sur le thème de la polarisation est très fort. Elle veut symboliser plus qu'un musée et un mémorial de l'Holocauste en Belgique, et travailler sur les droits de l'homme dans notre société (voir encadré). « L'Holocauste reste notre activité principale », déclare Baccaert. « Mais nous voulons aussi mettre en lumière les mécanismes responsables de cette tragédie et soulevons la question de savoir comment ces mécanismes peuvent aujourd'hui encore conduire à des situations similaires. »

La polarisation se révèle être un mécanisme universel, une séquence ou un schéma qui entraîne les gens à leur insu. Une fois le piège de la polarisation refermé, il est très difficile d'en sortir.

La polarisation se révèle être un mécanisme universel, une séquence ou un schéma qui entraîne les gens à leur insu. Une fois le piège de la polarisation refermé, il est très difficile d'en sortir. « C'est pourquoi il est si important de sensibiliser les gens au fonctionnement de ce phénomène », déclare Baccaert. « Les individus sont aveugles quant à leur propre rôle dans la polarisation, convaincus d'avoir raison. La division entre la gauche et la droite ou le dilemme pour ou contre le Brexit en sont des exemples ».

Il serait erroné de mettre toutes les formes de polarisation sur le même pied. Par exemple, lors des débats sur le droit de vote des femmes et l'abolition de l'esclavage, la confrontation des opinions a fait des merveilles. « La polarisation ne devient préjudiciable que lorsque les gens cessent de réagir à des événements pour se concentrer sur leurs congénères », explique Baccaert.

 

Marée noire

Kazerne Dossin entend d'abord proposer des formations. Pour ce faire, elle a fait appel à la perspicacité de Bart Brandsma. Le Néerlandais a en effet réalisé une analyse minutieuse du phénomène de polarisation, parfaitement applicable dans la pratique (voir encadré). Il s'efforce actuellement de diffuser ses idées, aux Pays-Bas et à l'étranger, ainsi qu'en Flandre et en Wallonie.

 

La polarisation vue par Bart Brandsma

 

Dans le mécanisme de polarisation, Bart Brandsma distingue un certain nombre de rôles tels que le pusher, le joiner et le silent. Il souligne également la différence claire entre le conflit et la polarisation, le premier portant sur un fait concret (« An et Jan veulent tous deux s'asseoir sur la balançoire »), tandis que la polarisation est purement une réflexion, une idée sur l'autre. Conflit et polarisation peuvent cependant s'autoalimenter. D'ailleurs, la polarisation ne doit pas nécessairement avoir lieu à l'échelle d'un peuple, elle peut tout aussi bien se manifester au sein d'une classe ou d'un couple.

 

Schema met 4 rollen bij polarisatie

 

Brandsma a découvert que les bridge builders renforcent la polarisation. C'est le cas, par exemple, lorsque des personnes animées des meilleures intentions rassemblent les deux extrêmes - les pushers - autour d'un débat afin de jeter des ponts. Seulement, à un stade avancé de polarisation, ces pushers ne montrent aucun intérêt mutuel. Ils vont seulement se lancer dans un monologue, et tout ce que dit la partie adverse ne fait que confirmer leur propre image non factuelle et profondément enracinée de l'autre pôle.

 

Selon Brandsma, pour atténuer les effets néfastes de la polarisation, il vaut mieux ne pas toucher aux pôles. Il fautinvestir au centre, là où évoluent les « silencieux ». Et de préférence le plus tôt possible.

 

Après une lutte extrême, il est essentiel qu'un accord de paix aille au-delà de quelques engagements. Il faut s'attaquer à la polarisation sous-jacente, un processus de longue haleine souvent négligé. D’après Brandsma, les bons exemples de « transformation » après un conflit grave sont l'Afrique du Sud (après l'apartheid), le Népal (entre les maoïstes et l'État) et la Finlande (entre les Samis et l'État).

 

Brandsma a couché sa vision sur le papier avec le livre Polarisatie – inzicht in de dynamiek van het wij-zij denken. Glo.be vous offre ici un résumé de son travail. Le livre est disponible via l'organisation de Brandsma Inside polarisation. Vous y trouverez également des animations et plus d'infos.

 

Les formations à la polarisation dispensées par la Kazerne Dossin s'adressent principalement aux personnes influentes de la société. « Nous espérons que les connaissances se répandront comme une marée noire », dit Baccaert. « Il s'avère que c'est un succès. Vous ressentez une énorme demande : les enseignants, les associations culturelles, les organisations impliquées dans l'intégration civique, la police, les syndicats, les mutuelles, etc. Les participants nous demandent également des formations complémentaires afin d'analyser la problématique plus en détail. Parce que bien que la théorie soit assez simple, l'application pratique est complexe. »

La Kazerne Dossin a également réuni en un réseau unique une série d'organisations flamandes actives dans le domaine de la polarisation. Il s'agit notamment de l'organisation qui chapeaute les communes flamandes, de l'Institut flamand pour la paix, des universités, des réseaux éducatifs, des experts islamiques et de l'initiative Circles de Bruxelles (créée à Maelbeek après les attentats).

Vous ressentez une énorme demande pour des formations en polarisation: les enseignants, les associations culturelles, les organisations impliquées dans l'intégration civique, la police, les syndicats, les mutuelles, etc.

Une conférence très suivie sur la polarisation
© Kazerne Dossin

En outre, Dossin travaille sur le développement du site web wij-zij.be, qui sera lancé le 22 octobre 2019. Il est destiné à devenir une plate-forme de connaissances qui rassemble l'ensemble des informations liées à la polarisation : recherche, cas pratiques, outils et astuces (par exemple, comment gérer une conversation difficile), l'offre de formation, etc. « Pour l'instant, nous n'avons pas de fonds pour traduire le site en français », dit Baccaert. « Cela pourrait se faire à l'avenir. Cependant, nous donnons déjà des formations à la police fédérale sur le dilemme éthique dans les deux langues, un module sur la polarisation sera également intégré. La police doit pouvoir jouer un rôle de liaison par excellence ».

 

Bosnie

Le programme de polarisation comporte également un volet international. Par exemple, La Kazerne Dossin a établi des contacts en Bosnie. « À l'issue de la guerre civile en Bosnie, un accord de paix a été conclu, mais il n'a rien changé aux idées très ancrées que les différents groupes ethniques se font les uns des autres », explique Marjan Verplancke, responsable des relations publiques à la Kazerne Dossin. « Ces idées se transmettent encore de génération en génération. La société reste donc fortement polarisée ».

Néanmoins, de nombreuses initiatives sont prises pour y remédier, même sans le soutien du gouvernement. L'objectif est toujours de rapprocher les différentes communautés. Verplancke explique : « Par exemple, une station de radio à Mostar contribue largement à diffuser un message pacifique, de même que l'association de jeunes KVART à Prijedor. Nous voulons voir comment nous pouvons nous enrichir mutuellement. »

La Kazerne Dossin construit ainsi un réseau transeuropéen. La « marée noire » peut donc certainement traverser les frontières de la Flandre et de la Belgique. Les gens doivent comprendre le mécanisme de la polarisation pour ne pas se laisser piéger. En effet, la polarisation détourne l'attention des véritables questions et préoccupations du centre.

 

Lisez aussi :

La polarisation décortiquée : miser sur les centristes (un résumé du livre de Brandsma)

Polarisatie – inzicht in de dynamiek van het wij-zij denken (Bart Brandsma). Une traduction en français est en cours. La traduction en anglais est déjà disponible: “Polarisation; understanding the dynamics of us versus them” (Bart Brandsma) (disponible via l'organisation de Brandsma Inside polarisation). 

La Kazerne Dossin : qui est-elle et que fait-elle ?

 

Zicht op Kazerne Dossin

 

La caserne militaire de Dossin existe depuis l'époque autrichienne. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a servi de camp de transit vers Auschwitz. Des quelque 25 000 Juifs, Roumains et Sintis déportés, seuls 5 % survécurent.

 

Après la guerre, ils ont préféré oublier cette partie de l'histoire. Le bâtiment a été sauvé de la démolition à la suite de sa transformation en immeuble à appartements. Heureusement, un groupe d'action a pu acheter une partie du bâtiment et y installer un musée. Plus tard, le gouvernement flamand était prêt à financer un nouveau musée dans une nouvelle infrastructure.

 

Aujourd'hui, la Kazerne Dossin veut non seulement se souvenir de l'Holocauste en Belgique, mais aussi travailler sur les droits de l'homme. Il établit ainsi des liens avec la situation actuelle.

Consolidation de la paix Polarisation
Retour Paix
Imprimer
Dans la même thématique - Article 2 /18 La polarisation décortiquée : miser sur les centristes