Lecture rapide

100 000 euros pour gérer l'invasion de sauterelles au Yémen

Chris Simoens
09 septembre 2019
La Belgique soutient l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) dans ses efforts pour contenir une invasion de sauterelles au Yémen.
 

Le pays, en proie à des conflits, connaît déjà une grave crise humanitaire. Jusqu'à 15,9 millions de personnes – soit 53 % de la population totale – souffrent d'une insécurité alimentaire sévère (chiffres de décembre 2018). Pour 64 000 d'entre elles, la situation est extrême.

Le développement des essaims de sauterelles affecte non seulement la production de maïs, mais aussi de légumes et de fruits (palmier dattier, citronnier, etc.). L'impact économique est estimé à des centaines de milliers de dollars. Ce fléau vient s'ajouter à une situation d'insécurité alimentaire déjà catastrophique.

C'est la raison qui a motivé la Belgique à consacrer 100 000 euros à la lutte contre les sauterelles en recourant au Fonds spécial pour les activités d'urgence et de relèvement de la FAO (SFERA). Dans ce cadre, le fonds pulvérise des traitements insecticides à très faible volume (ULV), tant manuellement avec des équipements de la taille d'un sac à dos qu’avec des moyens plus importants embarqués sur des véhicules. Cette approche s'est déjà avérée très efficace pour contrôler les invasions de sauterelles dans les zones rurales.

Le projet vise à assurer les revenus et la sécurité alimentaire de 100 000 personnes. En particulier les agriculteurs, les éleveurs de bétail et les nomades qui vivent dans des régions infestées par des essaims de sauterelles.

Les pays voisins autour de la mer Rouge bénéficieront également de cette action. Si l’invasion de sauterelles est réprimée au Yémen, elle ne se propagera pas davantage.

Un garçon montre une tige de maïs avec deux sauterelles dessus.
© FAO
Yémen Agriculture Aide humanitaire
Article suivant 100 000 euros pour lutter contre la malnutrition au Tchad