Lecture rapide

350 000 euros pour les riziculteurs en Philippines

Fanny Lamon
01 février 2019
Les Philippines sont constamment victimes de conditions climatiques extrêmes menaçant les moyens d’existence des riziculteurs. Pour les protéger, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a mis en place des mesures de prévention soutenues financièrement par la Belgique. 

 

Les Philippines, une zone géographique au climat incertain

L’archipel philippin est fréquemment exposé à une multitude de risques climatiques. Tremblements de terre, éruptions volcaniques, cyclones, ou encore tsunamis et inondations rendent vulnérables des milliers de petits agriculteurs. Lorsqu’elles sont touchées par El Niño (phénomène océanique affectant les vents, la température de la mer et les précipitations), les Philippines alternent les sécheresses intenses et les typhons. Ces phénomènes climatiques menacent la sécurité alimentaire et entrainent des pertes de revenus considérables pour les riziculteurs philippins.

 

Prévenir et surveiller pour mieux protéger

Pour protéger la production rizicole, le FAO a mis en place un programme de prévention financé par la Belgique pour un montant de 350 000 euros. À travers le volet Early Warning Early Action (EWEA) du Fonds spécial pour les activités d’urgence et de réhabilitation (SFERA), l’objectif est d’aider 1 500 familles des provinces de Maguindanao et de Cotabato, situées sur l’île de Mindanao.

En s’appuyant sur le pilotage d’un système EWEA, le projet vise à mettre en place des actions précoces de lutte contre la sécheresse en fournissant des systèmes d’irrigation et des moyens de subsistances alternatifs comme l’élevage et les cultures commerciales à haute valeur. Ceci permettra d’accroître la résilience des paysans.

À cela, s’ajoute une campagne de sensibilisation auprès des riziculteurs à l’utilisation des systèmes d’alertes rapides particulièrement efficaces en cas de crise alimentaire imminente. Plus spécifiquement, il s’agit de réunir des éléments de connaissance concrets sur les denrées rizicoles pour permettre de planifier la gestion de la sécurité alimentaire.

Philippines Agriculture Riz
Article suivant 350 000 euros pour les agriculteurs syriens