Lecture rapide

5,5 millions d’euros pour les Yéménites

Alisson De Leenheer
07 décembre 2018
La situation humanitaire au Yémen peut être qualifiée de «désespérée», une des pires au monde. La Belgique en est consciente et à répondu à l’appel de l’ONU en intensifiant son aide.

 

Origine du conflit

En 2014, une guerre civile a éclaté au Yémen. Le conflit oppose les rebelles chiites Houthis au régime instauré en 2012 par Abdrabbo Mansour Hadi. Depuis 2015, cette crise s’est internationalisée. Une alliance de pays arabes, menés par les saoudiens, est intervenue en faveur du gouvernement, réfugié dans le sud. Selon l’ONU, en un peu plus de 3 années, le conflit aurait déjà fait près de 10 000 victimes civiles.

 

Interventions humanitaires

Mark Lowcock, coordinateur des secours d’urgence de l’ONU, a lancé au Conseil de sécurité un appel d’urgence pour le Yémen .La Belgique y a répondu en octroyant 5,5 millions d’euros d’aide humanitaire supplémentaires. Depuis le début de ce conflit, notre pays a déjà contribué à l’aide au Yémen à hauteur de 25 millions d’euros. Principalement pour les civils qui n’ont pas accès aux soins de santé ou aux médicaments. Au vu de la situation, les médecins sont parfois contraints à travailler bénévolement car il n’y a plus d’argent pour les payer.

En plus d’une famine sévère, le Yémen est aussi touché par une épidémie de choléra. Les enfants en sont les premières victimes . Le ministre de la coopération au développement, Alexander De Croo explique : « L’UNICEF estime qu’au Yémen, toutes les minutes, un enfant est infecté par le choléra. En l’absence de traitement, les enfants s’affaiblissent tellement en quelques heures qu’ils ne peuvent presque plus respirer ».

La Belgique soutient activement l’ONU dans ses interventions pour sauver le Yémen, et surtout les civils. Elle prône également l’arrêt total des livraisons d’armes à destination du pays. Alexander De Croo estime que cet acte est indéfendable et alimente le conflit. Une reprise du dialogue ainsi qu’un cessez-le-feu pour toutes les parties sont prioritaires dans cette situation qui se dégrade de jours en jours.

 

La situation en chiffres

Les statistiques de l’ONU sont  alarmantes :

  •  22,2 millions de personnes au Yémen ont besoin d'aide humanitaire ou de protection 
  • 17,8 millions sont en situation d’insécurité alimentaire 
  •  8,4 millions souffrent d'insécurité alimentaire sévère et risquent de mourir de faim 
  • 16 millions n'ont pas accès à l'eau potable et à l'assainissement 
  •  16,4 millions manquent d'accès à des soins de santé adéquats 
  • C’est donc 80% de la population yéménite qui a besoin d’aide humanitaire de toute urgence.

 

 

Aide humanitaire Yémen
Article suivant 300.000 dollars pour les éleveurs afghans