Lecture rapide

Alexander De Croo blogue depuis New York - 21/9

Alexander De Croo
21 septembre 2017
New York, 21 sep 2017 – Imaginez que vous deviez tout le temps dissimuler votre vraie personnalité et votre identité sexuelle, au risque de votre vie. Que vous ne pouviez pas vivre avec la personne que vous aimez passionnément. Drôle d’idée, me direz-vous? C’est pourtant la réalité quotidienne vécue par des millions de personnes LGBTI (lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexe) à travers le monde.
 

Dans 76 pays, les LGBTI risquent la prison voire l’exécution, rien qu’en étant eux-mêmes. Aucune tradition culturelle ne justifie que des gens se voient ainsi privés de leurs droits les plus fondamentaux. Rien n’excuse un pareil traitement.

Pour fédérer leurs forces, s’encourager mutuellement et inspirer d’autres pays, il est important que les pays qui ont les mêmes vues en la matière se réunissent de temps en temps. Hier, le LGBTI Core Group, un groupe de pays qui militent en faveur des droits des LGBTI, a tenu réunion aux Nations unies.

 

infografie gender

 

La Belgique a été saluée pour son engagement de longue date en faveur des droits des personnes LGBTI. Nous avons été le deuxième pays au monde à ouvrir le mariage aux partenaires de même sexe. Chez nous, les LGBT peuvent adopter des enfants depuis 2006 et ces dernières années, nous avons aussi franchi des étapes importantes pour les transgenres. Ce que je ne savais pas, par contre, c’est que les relations sexuelles avec un partenaire du même sexe étaient autorisées depuis 1795 déjà. Il faut dire qu’à l’époque, nous étions sous occupation française, mais quand même.

La question est de savoir si nous parviendrons à garantir cette même liberté à ces millions de LGBTI qui ont peur d’être eux-mêmes. Je suis plus que convaincu et optimiste, d’autant plus après avoir entendu le Premier ministre maltais Joseph Muscat. À la tribune juste avant moi, il a expliqué les changements fondamentaux qu’a connus Malte ces dernières années, un pays au départ conservateur et catholique où les LGBTI avaient la vie dure qui a fini par adopter le mariage homosexuel cette année.

Cette évolution est donc possible et elle est nécessaire, car les droits des personnes LGBTI sont tout simplement des droits de l’Homme universels.

Nations unies Genre