Lecture rapide

2

Chaque enfant a des droits, même pendant les conflits armés

Anke De Malsche
30 juillet 2019
Dans des situations de violence, peu de groupes souffrent autant que les enfants. Le respect des droits de l’enfant par les belligérants pendant les conflits armés revêt donc une grande importance. En sa qualité de membre du Conseil de sécurité des Nations Unies, la Belgique s’efforce d’assurer un meilleur suivi des violations.

 

La Belgique en première ligne

La semaine dernière, le Groupe de travail sur les enfants et les conflits armés des Nations Unies a envoyé un signal fort concernant les violations des droits de l’enfant en Syrie, où la guerre sévit depuis plus de 9 ans. Le Conseil de sécurité a rappelé à l’ordre les responsables de ces violations et a émis une série de recommandations visant à prévenir de futures exactions. La Belgique, dernier membre à avoir rejoint le Conseil de sécurité, a mené les négociations et entend conserver les droits de l’enfant au cœur des priorités belges à l’avenir.

Ce n’est pas la première fois que la Belgique lutte contre les violations des droits de l’enfant dans les conflits armés. Ces dernières années, le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders a organisé divers événements autour de ce thème. En outre, notre pays soutient des organisations qui veillent aux droits de l’enfant en temps de conflit. Les violations des droits de l’enfant en Syrie, mais aussi au Myanmar, au Yémen, en Afghanistan, en Irak et en République centrafricaine, figureront à l’ordre du jour du Conseil de sécurité dans les prochains mois.

 

Les violations des droits de l’enfant dans les conflits armés demeurent une question méconnue.

Abus et exploitation

Les violations des droits de l’enfant dans les conflits armés demeurent une question méconnue. Des dizaines de milliers d’enfants souffrent des conséquences de la guerre dans leur vie quotidienne, et subissent souvent des traumatismes émotionnels et physiques. Les parties en conflit recrutent régulièrement des soldats parmi les plus jeunes. Les enfants sont victimes d’abus et d’exploitation. Une pression politique permettrait de combattre les violations des droits de l’enfants lors des conflits armés. La Belgique continuera à s’engager dans cette voie car chaque enfant à des droits. Même dans les conflits armés.

 

Lisez le communiqué de presse original.

Droits de l’Enfant Conflit
Article suivant Jef Vermassen : aider les enfants soldats à s’échapper de leur enfer