Lecture rapide

De l’électricité tout droit sortie d’un lac

Léa Gaudron
22 décembre 2017
Au Rwanda, des ingénieurs ont réalisé un projet permettant de transformer un gaz à effet de serre emprisonné dans un lac en énergie durable, transformant ainsi une source de tracas en source d’électricité. La Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) soutient, avec d’autres partenaires, ce projet.

Le lac Kivu a une singularité : il emprisonne une couche importante de méthane. Ce gaz précieux peut être une source d’énergie, si on arrive à l’extraire. C’est tout l’enjeu de KivuWatt, lancé il y a une petite dizaine d’années : trouver le moyen de se procurer le gaz, de le séparer des autres éléments, et de le transformer en électricité.

D’autant plus que la demande est grande au Rwanda : seulement 6% de la population a accès à l’électricité, et pas toujours en continu. Le projet permettra d’augmenter l’apport en énergie au pays, tout en connectant 25 000 personnes au réseau électrique. D’un point de vue écologique, transformer ce gaz à effet de serre en énergie durable est remarquable.

Les bénéfices ne sont d’ailleurs pas qu’énergétiques. En effet, le méthane est un gaz dangereux. Même si il est contenu dans le lac, il risque de s’échapper lorsque la concentration est trop forte. Il est alors fatal pour les êtres vivants à proximité. L’extraire est donc primordial, d’autant plus si cela permet de fournir de l’énergie. De plus, KivuWatt va permettre la création d’emplois dans la région, ainsi que générer des revenus de taxes importants pour le pays.

La Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) a pour mission de favoriser la mise en place d’un secteur privé fort dans les pays en développement et émergents, pour leur permettre d’accéder à une croissance et à un développement durables, dans le cadre des Objectifs de Développement Durable.

www.bio-invest.be

 

Énergie durable Rwanda
Article suivant Du fumier pour cuisiner