Lecture rapide

De Mars au Congo, les surprenantes applications de la spiruline

Germain Mottet
25 octobre 2018
La spiruline est reconnue pour ses bienfaits nutritionnels et cultivée au Congo, en partenariat avec Entrepreneurs pour entrepreneurs, le Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire (SCK•CEN) et l’ONG Congodorpen. Une exploitation qui permettra de fournir un aliment sain supplémentaire sur place et de trouver des fins biologiques dans le recyclage lors des voyages spatiaux.

 

Le Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire (SCK•CEN) à Mol étudie la spiruline depuis près de 25 ans dans le cadre de ses recherches spatiales. Cette variété de microalgues, riche en protéines, vitamines et minéraux essentiels, est particulièrement appropriée comme complément alimentaire, notamment pour l’astronaute. Outre ses propriétés nutritionnelles, les recherches menées par le laboratoire de Microbiologie du SCK•CEN et l’Agence spatiale européenne (ESA) ont permis de découvrir le rôle clé de la spiruline dans le développement d’une solution biologique capable de recycler les déchets. Il serait tout à fait possible de traiter les eaux usées, le CO2 et les matières organiques pour les transformer respectivement en eau potable, en oxygène et en nourriture dans le cadre des missions spatiales de longue durée, comme vers Mars par exemple.

Les chercheurs du SCK•CEN ont décidé de mettre cette expertise au service d’un projet humanitaire, en collaboration avec Entrepreneurs pour entrepreneurs, une ASBL qui promeut les partenariats économiques dans les pays en voie de développement par le biais de l’entreprenariat local. Ce projet, baptisé « Inspiration », vise à développer la culture de la spiruline en République démocratique du Congo où près de la moitié des enfants de moins de cinq ans souffrent de malnutrition chronique. En ajoutant la spiruline à leur alimentation quotidienne, ce projet permet de contribuer à la lutte contre la malnutrition chronique de ces enfants.

Un projet-pilote a été lancé en 2016 dans le village de Mooto où les premiers bassins de culture ont été construits. Le SCK•CEN a également développé le volet pédagogique du projet, en transmettant ses connaissances sur la spiruline aux Ecoles d’agronomie de Mbandaka et en suivant un travail de doctorat sur le sujet à l’université pédagogique nationale de Kinshasa.

Un homme verse une culture de spiruline dans un grand bac d'eau.
© SCK•CEN
RD Congo Sécurité alimentaire
Article suivant L’obésité et la faim: un double fardeau