Lecture rapide

Des drones pour un déminage plus sûr

Chris Simoens
11 juin 2019
La Belgique a investi 1,48 million d'euros au Tchad par l’intermédiaire de Handicap International afin de mobiliser des drones dans les opérations de déminage et de former le personnel local.
 

Actuellement, quelque 110 millions de mines terrestres sont enfouies dans le sol à travers le monde. L'Égypte, l'Angola, l'Iran, l'Afghanistan, l'Irak, la Chine et le Cambodge comptent parmi les pays les plus durement touchés. Il n'est bien entendu pas évident de détecter ces « tueurs » insidieux. Le prix d'une mine varierait de 2,7 à 27 euros, mais le déminage coûte entre 270 et 890 euros ! En outre, il arrive régulièrement que des démineurs perdent la vie.

La technologie, et plus particulièrement les drones, peuvent contribuer à un déminage plus sûr. La Belgique a investi 1,48 million d'euros par l’intermédiaire de Handicap International (HI) dans la recherche sur le déploiement de drones dans les opérations de déminage au Tchad. HI a confié à Mobility Robotics, son partenaire australien spécialisé, le soin de réaliser cette étude.

Un écran montre ce que le drone voit sur le terrain.
© HI

Le troisième œil

Les drones fonctionnent comme une sorte de troisième œil capable de détecter des preuves visuelles depuis le ciel et évitent ainsi de devoir pénétrer dans un territoire dangereux, ce qui assure un niveau de sécurité bien plus élevé. Les photos prises peuvent servir à dresser des cartes. Les données ainsi obtenues permettent d’améliorer la planification, l'évaluation et l'analyse des opérations de déminage. Les décisions sont donc plus pertinentes, ce qui permet une réduction des coûts.

Des chercheurs ont, par exemple, dressé la toute première carte d'une zone contaminée dans la région de Faya-Largeau. La mosaïque de milliers de photographies montre clairement un certain nombre d’« indicateurs au sol » : épaves de voitures, cratères, restes d'animaux. Ces signes visibles permettent de déduire facilement la présence de mines terrestres. La recherche a débouché sur la parution d'un article scientifique détaillé dans le prestigieux Journal of Conventional Weapons Destruction.

L'objectif est à présent de cartographier de nouvelles zones et de déterminer la meilleure façon d'exploiter les données enregistrées. De plus, dix pilotes de drones tchadiens bénéficieront d'une formation, ce qui donnera aux autorités locales les moyens de déployer des drones par elles-mêmes afin de cartographier des territoires.

 

Cinq personnes vêtues de vêtements de protection marchent dans le désert du Tchad, la personne à gauche tient le drone.
© HI
Drone Aide humanitaire Tchad
Article suivant 200.500 euros pour les victimes du cyclone Idai au Mozambique