Lecture rapide

3

La Belgique au Conseil de sécurité de l’ONU

SPF AE/FOD BZ
03 janvier 2019
A partir du 1er janvier 2019, la Belgique siège pour une période de deux ans au Conseil de sécurité des Nations Unies. Notre pays veut être partenaire constructif, fiable et ouvert dans la recherche, avec les autres membres du Conseil de sécurité et l’ensemble des acteurs concernés, de réponses collectives aux questions internationales de paix et de sécurité.

Conformément à la Charte des Nations Unies, notre pays veillera à agir au nom de la communauté internationale tout entière. Alors que la remise en question des mécanismes internationaux se traduit dans la dynamique même de coopération au sein du Conseil, la Belgique entend y incarner la vision multilatéraliste sur laquelle repose sa politique extérieure depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Notre pays restera fidèle pendant son mandat à l’esprit de dialogue qui l’a guidé tout au long de sa campagne, s’efforçant de valoriser, avec pragmatisme, son rôle traditionnel de conciliateur mis en avant dans la devise « Bâtir le consensus, agir pour la paix ».

Notre pays s’efforcera de contribuer substantiellement aux débats sur toutes les grandes questions globales abordées par le Conseil de sécurité, avec des accents propres reflétant ses valeurs et son expertise particulière. Ce mandat s’inscrit en effet dans le cadre plus large de l’action internationale de la Belgique, qui affiche notamment un profil fort en matière de droits de l’Homme ainsi qu’un attachement marqué à sa dimension européenne. Notre pays veillera également à proposer des actions intégrant de manière cohérente les instruments de Diplomatie, Développement et Défense, dans la lignée de ses efforts en faveur d’une « approche globale ».

Outre les tâches spécifiques réparties entre les membres du Conseil, la Belgique continuera à accorder une attention particulière à des thèmes sur lesquels elle s’est investie depuis longtemps et qu’elle a mis en avant tout au long de sa campagne. Ils peuvent être repris sous les maîtres-mots de prévention, de protection et d’efficacité.

  • La prévention d’abord, avec le souci de se pencher sur des situations préoccupantes avant qu’elles ne dégénèrent en conflits internationaux. La promotion de la médiation, l’attention pour les menaces que font peser le changement climatique sur la paix et la sécurité ou la nonprolifération des armes de destruction massive peuvent également y être rangés.
  • La protection ensuite, parce que la sécurité internationale passe par celle de chaque personne. Notre pays veillera à maintenir notamment à l’agenda la question de la protection des enfants dans les conflits armés, comme celle de l’accès de l’aide humanitaire ou encore de la lutte contre l’impunité.
  • Enfin, l’efficacité. Une gestion opérationnelle efficace des missions des Nations Unies est en effet essentielle. Notre pays soutient par ailleurs l’agenda des réformes du Secrétaire général de l’ONU, comme son Action pour le maintien de la paix. La poursuite de meilleurs résultats doit également se refléter dans une plus grande implication des femmes, aussi bien au niveau politique qu’opérationnel.

 

Consolidation de la paix Sécurité Nations unies
Article suivant La Belgique s'engage dans la médiation internationale