Lecture rapide

La Belgique a consacré 170 millions d’euros à l’aide humanitaire en 2017

Arturo Biglia
08 février 2018
Avec un montant de 170 millions d’euros, qui restera inchangé en 2018, la Belgique vise le respect des principes humanitaires et du droit international humanitaire. Elle insiste également sur les besoins d’innovation de l’aide humanitaire.

 

Le budget humanitaire belge de 170 millions d’euros a été utilisé à hauteur de 99,99%, soit dans sa quasi-totalité. En se dotant d’une palette d’instruments des plus variés et de financements flexibles, la Belgique renforce sa position de donateur moderne et innovant.  

Différents types d’organisations sont financées: d’une part, les ONG humanitaires belges et internationales, et d’autre part les organisations humanitaires internationales. Les ONG belges et internationales ont reçu au total 25 millions d’euros, ce qui représente 14,7% du budget total. Les organisations internationales ont quant à elles reçu un montant de 144,8 millions d’euros, soit 85,3% du budget humanitaire belge total. Le Comité International de la Croix Rouge (CICR), le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (UNHCR) et le Programme alimentaire mondial (PAM) bénéficient du plus de financement.

Au niveau de la répartition géographique, la région du Moyen-Orient a reçu le plus de ressources humanitaires, à savoir plus de 50 millions d'euros. Les crises en Syrie et en Iraq sont les plus concernées, suivies de celles du Yémen et des Territoires palestiniens occupés. La région des Grands Lacs, et surtout la RDC, a bénéficié d’un financement de plus de 34 millions d’euros. 33 millions d’euros d’aide ont été alloués à 4 pays à risque de ou touchés par une famine en 2017: le Nigéria, le Yémen, le Sud Soudan et la Somalie.

Dans le cadre du Grand Bargain, la Belgique a promis que d’ici 2020, 25% de l’aide humanitaire belge irait à des acteurs humanitaires locaux. D’autre part, le budget humanitaire restera stable en 2018 (170 millions d’euros) au vu du nombre et de la gravité des crises humanitaires. Des analyses indiquent que les crises prioritaires en 2018 se situeront dans la région des Grands Lacs, du Sahel, du Moyen-Orient et dans la Corne de l’Afrique. La situation au Yémen, en Iraq, au Bangladesh/Myanmar, en Ethiopie, en Ouganda, au Burundi, au Zimbabwe et au Liban pourrait également fortement se détériorer au cours de l’année 2018 et nécessitera une attention toute particulière.

Aide humanitaire
Article suivant 19 millions d’euros pour l’UNRWA