Lecture rapide

La Belgique noue des liens durables avec l’Afrique du Sud

Chris Simoens
09 juillet 2019
L’Afrique du Sud ne compte plus parmi les pays partenaires de la Belgique. Notre pays souhaite donc s’employer à forger des partenariats durables entre les institutions de recherche et de formation sud-africaines et belges.   

 

Pendant 20 ans, l’Afrique du Sud était un pays partenaire de la Coopération belge au Développement. La fin de ce partenariat en 2019 ne signifie en aucun cas l’interruption des échanges entre les deux pays, bien au contraire. Il va de soi que les relations diplomatiques se poursuivent. Tel était l'objet du séminaire de clôture qui s'est tenu à Pretoria le 27 juin 2019 : « One chapter closes, another begins ».

La Belgique – par le truchement de son agence de développement Enabel – a donc cherché une formule pour pérenniser la coopération. Dans le cas de l’Afrique du Sud, notre pays a opté pour un « programme de sortie », dans lequel des partenariats universitaires solides doivent ouvrir la voie à une coopération économique sur le long terme. À cette fin, la Belgique a investi 1,5 million d’euros sur une période de 31 mois (2016-2019).

En effet, l’Afrique du Sud a élevé l’enseignement, la formation et l’innovation au rang de priorités dans son « plan national de développement – vision 2030 ». Bien que l’enseignement – primaire à supérieur et universitaire – soit relativement accessible, sa qualité pose problème.

 

Le programme de sortie se focalise essentiellement sur les TIC, la santé, le secteur maritime et la gestion des finances publiques.

Le programme de sortie se focalise essentiellement sur les TIC (formation de professionnels hautement qualifiés), la santé (biostatisticiens), le secteur maritime (formations sur mesure adaptées aux besoins en Afrique du Sud) et la gestion des finances publiques pour les niveaux décentralisés sur l'ensemble du territoire. 

En outre, il accorde une attention particulière à l’émancipation des femmes, aux jeunes, aux personnes porteuses d’un handicap (principalement les malentendants) et aux habitants des zones rurales. Ces groupes historiquement défavorisés doivent avoir un meilleur accès à l’enseignement supérieur, ce qui augmentera leurs perspectives d’emploi.

Enfin, le programme mis en œuvre par notre pays entend poser les jalons de partenariats durables entre les institutions de recherche et de formation sud-africaines et belges. La recherche et les formations doivent à leur tour permettre le développement de compétences utiles dans le milieu des affaires. Les deux pays en ressortent gagnants.

Afrique du Sud Recherche Enseignement