Lecture rapide

2

La Belgique s'engage dans la médiation internationale

Koen Adam
24 mai 2018
La volonté de réconciliation et de compromis est inscrite dans les gènes belges. Notre pays se réjouit donc de soutenir les efforts en matière de médiation dans le monde entier.
 

Dans le cadre de sa campagne pour un siège de membre non permanent au Conseil de sécurité, la Belgique a toujours déclaré qu'elle souhaitait jouer un rôle pivot en cas de conflit. Notre (propre) histoire témoigne d'une volonté de réconciliation et de compromis qui est inscrite dans nos gènes. La médiation est un excellent instrument de diplomatie pour rapprocher les parties à un conflit et les encourager à résoudre pacifiquement leurs différends. 

Forte de sa (propre) tradition, la Belgique veut contribuer à soutenir les efforts en matière de médiation à travers le monde. À l'initiative du ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, une grande conférence a eu lieu à Bruxelles en février 2017. Les principaux acteurs de la médiation y ont donné leur vision sur la manière de réaliser des progrès dans ce domaine. Par la suite, deux séminaires de haut niveau se sont tenus à New York début 2018 sur des points sensibles de l'histoire de la médiation : d’une part, la tension qui peut apparaître avec les acteurs humanitaires dans des foyers de crise et, d’autre part, le rôle des femmes africaines dans la médiation.

La Belgique soutient également des organisations internationales actives dans le domaine de la médiation, telles que les Nations Unies, le Service européen pour l'action extérieure (SEAE), l'Institut européen pour la paix (IEP), l'Initiative de gestion de crise (CMI) ou Sant Egidio. Avec Bruxelles comme plate-forme diplomatique, la Belgique propose d'accueillir les trajets de médiation que lancent ces organisations. Enfin, le SPF Affaires étrangères investit également dans la formation et la sensibilisation de ses propres diplomates à la médiation. Fin 2018, un volet médiation sera prévu pour la première fois dans les programmes de formation offerts par l'Institut Egmont aux diplomates étrangers en collaboration avec le SPF Affaires étrangères.

Notre présence au Conseil de sécurité au cours des deux prochaines années constituerait une incitation supplémentaire à renforcer le développement de notre propre profil de médiation. Notre expérience en matière d'ingénierie constitutionnelle et de traitement des minorités, ainsi que l’attention que nous portons à l'Afrique, peuvent potentiellement servir d'atouts à cet égard.

Pour en savoir plus sur la médiation internationale en cas de conflit.et les médiatrices sont indispensables

Consolidation de la paix Négociations de paix
Article suivant Les médiatrices sont indispensables