Lecture rapide

L’Inde a le vent en poupe !

Julia Moisan
12 décembre 2017
La Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) investit 4 millions d’euros dans l’énergie renouvelable et permet ainsi  à 23 millions de foyers d’être connectés.

L’Inde, un pays qui compte près d’1 milliard 300 millions d’habitants, est victime d’un énorme fossé entre l’offre et la demande en énergie. Afin de le combler, plusieurs mesures ont été prises.

Le pays a mis en place un cadre de loi plus avantageux pour l’énergie renouvelable afin de soutenir sa croissance économique. De plus, la société Berkeley Wind Energy Mauritius (BEWML) développe actuellement un parc éolien au Maharashtra, à 350 kilomètres au sud de Mumbai. Le projet de BEWML est opérationnel depuis le 31 décembre 2014 et permet de générer près de 72 MW. Un autre parc éolien, lui, de 24 MW a déjà été développé, il doit toutefois être construit.  L’Etat encourage grandement le développement d’énergie renouvelable en mettant en place des obligations d’achat en énergie renouvelable, c’est-à-dire des tarifs de rachat avantageux ainsi que des primes et incitants. 

De son côté, la société belge d’investissement BIO a investi, en 2011, 3 millions d’euros, et a joué un rôle crucial dans ce premier projet de taille moyenne en Inde pour Panama Wind, en attirant des investisseurs. En 2015, un contrat d’un million d’euros a été signé et vient ainsi compléter l’investissement.

L’investissement de BIO permettra non seulement de créer de l’emploi (143 FTE) et de former l’équipe locale aux normes internationales, mais il permettra également de limiter les pénuries en énergie. Alors que l’Inde connaît un décalage entre l’offre et la demande d’énergie à hauteur de 15%, l’investissement de BIO permettra de fournir en énergie 120 000 villages toujours coupés du réseau. Près de 23 millions de foyers en zones rurales seront ainsi connectés. Ainsi, sur une base annuelle et à sa capacité maximale (96 MW), le projet du parc éolien devrait générer 145 GWh, ce qui représente une diminution des émissions de carbone équivalant à 130 645 tonnes de CO2.

 

La Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO) a pour mission de favoriser la mise en place d’un secteur privé fort dans les pays en développement et émergents, pour leur permettre d’accéder à une croissance et à un développement durables, dans le cadre des Objectifs de Développement Durable.

www.bio-invest.be

Article suivant Plus d’énergie solaire pour les habitants du Sénégal