Lecture rapide

Lutte contre la chenille légionnaire d’automne en Afrique

FAO
16 juillet 2018
En accord avec sa politique d’aide humanitaire et d’innovation, la Belgique a débloqué un fonds de quelque 1 million d’euros pour un système d’alerte précoce et de cartographie des risques afin de gérer le problème de la chenille légionnaire d’automne en Afrique

 

La récente apparition de la chenille légionnaire d’automne (FAW) en Afrique subsaharienne menace les récoltes de maïs et, par extension, la survie des petits exploitants agricoles. L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) développe deux nouveaux outils, à savoir le système de suivi et d’alerte précoce de la chenille légionnaire d’automne (FAMEWS) et la carte sur les risques d’apparition de la chenille légionnaire d’automne.

La FAO a récemment déployé une application mobile pour les agriculteurs, les communautés et les agents de vulgarisation, lorsqu’ils vérifient leurs champs et leurs pièges à phéromone. Les données collectées aideront à surveiller les mouvements et l’ampleur des populations de chenilles légionnaires d’automne.

En plus de la FAMEWS, la FAO travaille au développement d’un outil de cartographie des risques. Cet outil intégrera des données socio-économiques et agro-écologiques variées, de manière à ce que les usagers puissent repérer les endroits où le risque sous-jacent d’insécurité alimentaire des ménages dû à la chenille légionnaire d’automne est le plus élevé.

Le projet vise à montrer combien il est pertinent d’associer deux outils innovants en vue de lutter contre un ravageur commun à l’échelle du continent africain. Cela pourrait servir de modèle pour lutter contre de nombreux ravageurs et maladies transfrontalières, qu’il s’agisse de plantes ou d’animaux, ouvrant ainsi la voie à de nouvelles approches qui permettront d’évaluer les risques liés à la sécurité alimentaire sur le continent et par la suite à les atténuer.
 

Epi de maïs attaqué par la chenille légionnaire d’automne
© FAO
Agriculture Afrique
Article suivant L’énergie solaire stimule l’irrigation à Gaza