Lecture rapide

Moins de corruption et de criminalité pour plus de biodiversité en Afrique

Marloes Humbeeck
20 février 2019
En février 2019, la Belgique a fait don de 2 millions d’euros à l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC). De cette manière, l’UNODC luttera contre la corruption et la criminalité et, ce faisant, empêchera la disparition de la faune sauvage et des forêts en Afrique.

 

Des chiffres déconcertants

Chaque année, au moins 350 millions d’animaux sauvages sont braconnés en Afrique. On estime que 19 milliards d’euros seraient dépensés chaque année pour le commerce illégal de produits de la faune sauvage. Le déboisement de la forêt tropicale africaine se poursuit aussi régulièrement. « Si nous ne faisons rien, l’Afrique aura perdu la moitié de ses oiseaux et de ses mammifères d’ici 2050 », déclare Cristiana Pasca Palmer, responsable du Programme des Nations Unies sur la biodiversité.

 

Corruption

Avec la contribution de 2 millions d’euros à l’UNODC, la Belgique veut combattre les causes de la perte de la biodiversité. L’UNODC utilisera cet argent pour lutter contre la corruption et la criminalité qui détruisent la faune sauvage et les forêts africaines. La corruption est en effet l’une des principales causes de l’extinction des espèces menacées.

En encourageant le commerce illégal, la corruption entrave également le développement des communautés locales. En outre, la corruption constitue une menace pour la gouvernance et la sécurité en permettant le financement des réseaux criminels et des groupes armés. En luttant contre la corruption environnementale, on protège la biodiversité pour les générations actuelles et futures.

Grâce à la contribution belge, l’UNODC sera également en mesure de mieux soutenir les États membres de l’ICCWC dans la lutte contre les crimes contre les espèces protégées de la faune et de la flore (ICCWC = Consortium International de Lutte contre les crimes contre la faune sauvage). La CITES, INTERPOL, la Banque Mondiale et l’Organisation Mondiale des Douanes sont également membres de l’ICCWC.

Biodiversité Afrique Sécurité Corruption
Article suivant La Colombie protège ses pollinisateurs