Lecture rapide

1

Renforcer la poursuite de violences sexuelles contre les femmes en Afrique de l'Est

Madison Bertrand
13 juin 2017

Le SPF Affaires étrangères soutient les initiatives qui promeuvent la coexistence pacifique. Entre autres en Afrique de l’Est.

En Afrique de l’Est, la discrimination et les stéréotypes à l’égard des femmes sont omniprésents. De plus, la méconnaissance relative aux poursuites des violences à caractère sexuel reste trop importante. En effet, certains procédés tels que la mutilation génitale faite aux femmes sont toujours pratiquées, mais font très rarement l’objet d’enquêtes et de poursuites pénales.

L’organisation SIASIC (Strathmore Institute of Advanced Studies in International Criminal Justice), reliée à l’université de Strathmore au Kenya, s’est lancée dans un projet de conférence tenue à Nairobi en août 2016. Elle a regroupé de nombreux participants, dont des procureurs, afin de leur fournir des recommandations relatives à l’organisation des systèmes judiciaires nationaux et internationaux dans le cadre de la lutte contre la violence sexuelle et sexiste en Afrique de l’Est.

En soutenant ce projet, la Belgique a contribué à la participation de plusieurs procureurs tanzaniens, rwandais, ougandais et sud-soudanais en plus d’une trentaine de participants kenyans. Aussi, l’accent était placé sur les possibles stratégies visant à améliorer la coordination et la coopération entre les acteurs de la justice et la société civile.

Une femme prend la parole au micro
Violences sexuelles
Article suivant La Belgique soutient le journalisme indépendant au Sandžak