Lecture rapide

Water Without Borders

Alexis Clerebaut
13 décembre 2019
Ce 28 novembre, l’événement « Water Without Borders » était organisé au Palais d’Egmont par Water Platform, un groupe belge d’experts sur l’eau. Objectif : réfléchir à une approche commune afin d’améliorer la gestion de l’eau dans le domaine du développement et capitaliser sur l’expertise des acteurs belges dans ce domaine.

 

La gestion de l’eau concerne tous les continents. La population mondiale continue de croître, les standards de vie augmentent et les victimes du changement climatique aussi. Plus d’1 milliards de personnes n’ont pas accès à l’eau alors qu’il s’agit d’un droit humain.

Lors de Water Without Borders, 90 acteurs de l’eau issus du secteur public, privé, de la société civile et du monde académique se sont interrogés sur le 6ème Objectif de Développement durable des Nations-Unies visant à « garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau ». Cet événement était soutenu par la Coopération belge au Développement.

 

Renforcer la coordination entre les acteurs, une valeur ajoutée

La question de l’eau est multi acteurs, multisectorielle et multidisciplinaire. Le succès d’un projet tient notamment dans la capacité de coordonner en bonne intelligence les différents niveaux d’action. Les gouvernements adoptent une vision globale et légifèrent, les ONG et les autorités locales rendent compte de la situation sur le terrain. Le niveau mondial lui, adopte des stratégies globales, il fixe des objectifs. Il permet d’échanger des informations et de cartographier les différents acteurs. Il constitue donc un vecteur d’harmonisation globale.

 

Une app pour gérer l’eau à Haïti

La collaboration entre l’UC Louvain et Join For Water, une ONG belge spécialisée de l’eau est une success story. Sandra Soares Frazao, enseignante à l’Ecole Polytechnique de Louvain :

« Le but du projet était de développer une application web afin de venir en aide à la distribution de l’eau en Haïti. Haïti est le pays le plus pauvre de l’hémisphère ouest de la planète. Les inégalités d’accès aux ressources y sont parmi les plus importantes. Cette application est rattachée à un réseau de bornes et de fontaines là où Join for Water est actif dans des endroits où seulement 60% des bornes fonctionnent et où 20% des factures sont réglées ».

L’application relève la quantité d’eau disponible là où avant il fallait le faire manuellement. Elle permet aussi d’évaluer le nombre de factures payées. Il s’agit donc d’une réelle plus-value dans la gestion de l’eau sur le terrain. De plus, ce modèle est reportable à de nouvelles fontaines, de nouveaux usagers et de nouvelles régions.

Eau Assainissement
Article suivant Comment concilier les besoins en eau, énergie et nourriture ?