Comment choisir du bois durable?

Nadia Tahon - VELT
27 février 2018
Mieux vaut préférer le bois au plastique. Mais comment être sûr que le bois a été abattu dans le respect de la forêt et de la nature ? Comment épargner les forêts tropicales ? Et que signifient exactement les labels FSC et PEFC ? L'association VELT (Vereniging voor Ecologische Land- en Tuinbouw), en faveur d’une agriculture et d’une horticulture écologiques, a listé quelques éléments clés.

 

 

Qu'est-ce que du bois produit de manière durable ?

Ce bois provient de forêts gérées de manière durable. Cela signifie que les exploitants coupent le bois de manière à préserver la fonction écologique de la forêt en tant qu'habitat pour les espèces végétales et animales. La durabilité a également une dimension sociale. Cela signifie que les exploitants respectent les droits des travailleurs concernés et des populations autochtones au sein des forêts. Dans le monde entier, la gestion et l'exploitation forestières sont en tout état de cause soumises à la législation régionale ou nationale. Malheureusement, cela n'exclut pas les coupes illégales.

 

Le bois illégal : à éviter !

Seulement 30 % de l'approvisionnement en bois provient de Flandre. Pour les Pays-Bas, la part de bois local est de 10 %. Le reste vient principalement d'Europe, mais aussi d'ailleurs. Dans la plupart des pays européens, la législation forestière est sévère, voire très stricte. Mais la légalité n'est pas synonyme de durabilité. En Europe aussi, des forêts primaires sont abattues. Si vous optez pour le bois tropical, c’est une autre histoire.

La législation nationale varie d'un pays à l'autre et la complexité d'une forêt rend ardue la définition d’une bonne pratique sylvicole. Tout importateur souhaitant amener du bois dans l'Union européenne doit pouvoir démontrer qu'il respecte ces législations nationales. Le problème réside souvent au niveau du contrôle qui n’est pas optimal ou totalement absent. Trop souvent, du bois clandestin se glisse entre les mailles du filet.

 

Du bois local

Le (conseil le) plus important reste d’utiliser le bois de manière économique et réfléchie. Mais il est difficile de s'en passer. Privilégiez la production locale de bois, comme dans le cas de l'alimentation. Le bois ne parcourt que quelques kilomètres et la chaîne plus courte permet une plus grande transparence. Il existe également une législation stricte. Pas même la moitié des forêts belges sont certifiées. En Flandre, les forêts certifiées portent le label FSC (23 000 hectares). Le label PEFC (300 000 ha) prédomine en Wallonie. Aux Pays-Bas, 42 % des forêts sont certifiées FSC. Le label PEFC détient par contre une part beaucoup plus importante en Allemagne et en France.

Le plus important reste d’utiliser le bois de manière économique et réfléchie. Mais il est difficile de s'en passer. Privilégiez la production locale de bois, comme dans le cas de l'alimentation. Le bois ne parcourt que quelques kilomètres et la chaîne plus courte permet une plus grande transparence

Labels

« Acheter du bois doté un label est le moyen le plus sûr pour les consommateurs de choisir du bois durable », déclare Jan Brusselaers, chercheur à la UGent*. Il existe deux labels reconnus couvrant la quasi-totalité du marché du bois durable : le FSC (Forest Stewardship Council) et le PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification). Ces deux labels sont internationalement reconnus et impliquent un ensemble de critères de durabilité. Le point de départ ? Les forêts continuent d'exister si elles sont suffisamment productives. Il s'agit de trouver un équilibre entre les intérêts sociaux, économiques et écologiques.

Le FSC et le PEFC présentent des différences mais les deux labels ont convergé au fil des ans. De plus en plus d’exploitants forestiers optent même pour la double certification. Cela ne s'avère pas difficile, surtout pour les grands acteurs industriels. Les exploitants forestiers pénètrent ainsi différents marchés. L'ensemble des critères est aussi important que le contrôle de leur respect sur le terrain. Parfois, ces contrôles sont biaisés et les sanctions sont longues à venir.

Il est difficile de procéder à une comparaison écologique des labels dans le domaine de la gestion forestière, puisque les deux labels visent une gestion durable des forêts. Le FSC et le PEFC utilisent entre autres ces critères pour l'Europe : pas d'OGM, et éviter autant que possible les pesticides et les espèces exotiques envahissantes. La certification PEFC varie d'un pays à l'autre en raison de sa structure organisationnelle. Le label FSC bénéficie du soutien d’organisations environnementales, tandis que le PEFC est une initiative des propriétaires forestiers.

On trouve des bois tropicaux certifiés mais l'offre reste limitée. La certification rend le bois plus cher et le consommateur doit être enclin à payer un juste prix.

Forêts tropicales

On trouve des bois tropicaux certifiés mais l'offre reste limitée. La certification rend le bois plus cher et le consommateur doit être enclin à payer un juste prix. Chaque type de bois possède des propriétés spécifiques. Pour les besoins des particuliers, il est certainement possible de travailler principalement avec du bois européen. Il faudra parfois adapter vos attentes et choisir par exemple du chêne avec plus de nœuds que prévu. Cela prend du temps de trouver le bon type de bois.

 

Durable sans label ?

Selon Jan Brusselaers, l'existence des deux labels est importante. Les labels devraient-ils devenir plus durables ? « Il est maintenant important de certifier le plus grand nombre possible de propriétaires forestiers, sinon on risque un impact encore plus négatif sur l'exploitation forestière dans le Sud. Mais la gestion forestière peut aller au-delà des critères des deux labels ».

Les critiques des deux labels ont conduit à de nouvelles initiatives. L'Université de Namur, qui gère ses propres forêts de manière durable sans certification, en est un bon exemple. Cela permet à la forêt de décider par elle-même quels arbres seront abattus et quelles nouvelles pousses grandiront jusqu’à devenir du nouveau bois à abattre. de nouveaux nœuds à abattre.

 

*Jan Brusselaars a effectué la recherche suivante à l'UGent : « Évaluation des options politiques pour soutenir le bois durable et légal – 2017 ».

 

Plus d’infos :

www.jecherchedufsc.be

www.pefc.be

www.velt.nu

 

Bois
Retour au dossier
Imprimer
Dans la même catégorie - Article 17 /21 Objectif planète durable, ou quand les ODD inspirent un jeu de société