Des universitaires belges aux côtés de leurs confrères congolais

Chris Simoens
01 juin 2014

 

Les temps sont durs pour les universités de la République démocratique du Congo. Heureusement, elles peuvent compter sur un personnel motivé et le soutien croissant des autorités locales mais aussi sur les universités belges.

Pendant des années, les universités congolaises ont reçu peu de soutien de la part des autorités. Une situation qui a bel et bien changé en 2012 avec l’arrivée d’Augustin Matata au poste de premier ministre. Le nouveau gouvernement a conscience du rôle prépondérant que jouent les universités dans le développement. Elles forment en effet les experts – ingénieurs, médecins, agriculteurs, etc. – qui participent à l’édification de la société. Peu à peu, l’Etat congolais profite mieux de sa croissance économique (8,5% en 2013) en prélevant plus d’impôts. Les universités voient donc leurs budgets augmenter, avec une rémunération des professeurs et l’octroi de fonds pour le fonctionnement et la rénovation des bâtiments.

 

Une motivation sans faille

Cependant, la rémunération des assistants et des professeurs associés est toujours trop faible. En conséquence, ces derniers doivent avoir un travail d’appoint supplémentaire pour survivre. Cela ne les décourage pas pour autant : leur engagement envers l’université reste absolu.

Ces établissements ne manquent ni de talents ni de motivation, raison pour laquelle les universités belges tiennent à soutenir leurs confrères congolais. L’an dernier, la RDC a été le principal partenaire de l’ARES[1] (réseau d’universités francophones) et  le deuxième partenaire de VLIR-UOS[2] (pendant flamand).

 

Un couple en plein travail dans un laboratoire
© UNIKIS

 

Internet et intranet

L’ARES et VLIR-UOS se sont unis pour installer l’intranet et internet de manière performante dans sept universités congolaises dont quatre à Kinshasa ainsi que dans une faculté burundaise. Ces établissements fonctionnait jusqu’à ce jour sans messagerie électronique et l’inscription des étudiants se faisait sur des fiches en papier.

En collaboration avec d’autres partenaires, la plus grande bibliothèque universitaire de l’Afrique centrale a pu être inaugurée à Kinshasa avec plus de 14 000 volumes et un accès aux revues en ligne. Les formations relatives aux TIC pour les huit universités s’y tiennent également.

 

Tableau

Recherche appliquée

Tant VLIR-UOS que l’ARES coopèrent sur le plan institutionnel avec plusieurs universités, une coopération qui s’étale sur dix à douze ans. Ainsi, VLIR-UOS a choisi Kisangani et Bukavu, et l’ARES, Kinshasa et Lubumbashi. Cette coopération institutionnelle couvre un vaste champ d’action: formation des doctorants, renforcement de l’administration, amélioration des programmes d’études, etc. Son objectif ? Rendre les universités autonomes.

Les universités font aussi de la recherche scientifique afin de résoudre certains problèmes concrets. Des études sont actuellement menées pour identifier des plantes sauvages et savoir si elles peuvent être cultivées. À Bukavu, la recherche est axée entre autres sur le travail décent, pour une valorisation des droits des nombreux creuseurs qui tentent de survivre grâce à l’extraction, par leurs propres moyens, de minerais. À Lubumbashi, les scientifiques étudient des plantes capables d’accumuler du cuivre contaminant le sol et susceptibles, par conséquent, de dépolluer les terres. D’autres analyses sont également menées pour les entreprises minières afin de déterminer les minerais existants. Grâce à l’étroite collaboration avec les ONG et les ministères concernés, les résultats des travaux de recherche sont communiqués à la population.

En outre, différents acteurs ont veillé à ce que les formations soient adaptées au marché du travail. Malgré que certains diplômés préfèrent voir si l’herbe est plus verte en Afrique du Sud ou aux États-Unis.

 


[1] Académie de recherche et d’enseignement supérieur (remplace le CIUF-CUD)

[2] Vlaamse Interuniversitaire Raad – Universitaire Ontwikkelingssamenwerking (conseil interuniversitaire flamand chargé de la coopération universitaire au développement)

RD Congo Coopération universitaire
Retour L'HUMAIN
Imprimer
Dans la même thématique - Article 9 /9 Enseignement dans les pays en développement – un aperçu