Intelligence collective : à la recherche de solutions citoyennes

Stefanie Buyst
01 décembre 2016
Notre société devient toujours plus individualiste. Et si nous unissions les forces et connaissances de chacun pour créer un meilleur environnement pour tous ? Telle est la mission de l’entreprise sociale Edgeryders.

Edgeryders est le résultat d’un projet des institutions européennes né en 2011 : créer une plate-forme en ligne qui invitait les participants à donner spontanément leur avis sur la réforme de la politique pour la jeunesse. Les échanges s’étaient poursuivis bien longtemps après la clôture du projet. « Voilà pourquoi, avec trois collègues, nous avons lancé une nouvelle plate-forme tout en conservant la même méthodologie. Ainsi, Edgeryders fut créé en 2013 » nous confie Nadia El-Imam, co-fondatrice d’Edgeryders.

Échanges en ligne

Edgeryders est une communauté en ligne, un réseau à l’échelle mondiale. Dans plus de 30 pays, le projet rassemble 4 000 membres d’horizons très divers : ingénieurs, avocats, médecins, hackers, activistes. L’objectif est de trouver de nouvelles réponses à des problèmes politiques, économiques et écologiques existants, à travers une plate-forme ouverte, associée aux médias sociaux. L’entreprise, soucieuse de permettre le développement optimal du potentiel humain, met aussi en avant de nombreuses actions individuelles.

Priorité à l’individu

Partant de l’intérêt collectif, Edgeryders propose d’abord de partager connaissances et expériences pour ensuite aligner des stratégies de manière à faire émerger des solutions. Objectif atteint, précisément parce que l’individu est au cœur de tout le processus. « L’échange direct avec et entre les citoyens révèle de nouvelles perspectives. Cette approche ascendante livre un meilleur aperçu de ce qui anime une communauté et fait ressortir les besoins » explique Nadia.

Edgeryders parvient à maîtriser ses coûts en s’appuyant sur un vaste réseau de connaissance et d’expertise. Edgeryders tire des revenus de la vente d’avis à ses clients (organisations internationales, sociétés, pouvoirs publics). En outre, elle organise régulièrement des ateliers autour d’études de cas concrets.

Nous sommes convaincus que les gouvernements, ONG et institutions internationales jouent un rôle important. Mais bien souvent, cela ne suffit pas. Il faut aussi travailler à un autre niveau pour résoudre les questions de société.

Nadia El-Imam

Nadia El-Imam Une femme noire assise en tailleur rit
© Edgeryders

Coopération avec le PNUD

Edgeryders privilégie l’action à la politique. « Nous sommes convaincus que les gouvernements, ONG et institutions internationales jouent un rôle important. Mais bien souvent, cela ne suffit pas. Il faut aussi travailler à un autre niveau pour résoudre les questions de société », estime Nadia. Edgeryders et le Programme de développement de l’ONU (PNUD) ont donc uni leurs forces en 2014.

En 2013, le PNUD a organisé une enquête mondiale en ligne (World We Want) sur l’agenda post-2015 du développement. Plus d’un million de citoyens partagèrent leur vision sur un avenir meilleur. Bien que leurs attentes étaient claires, ils ne savaient pas comment atteindre leur but. À la demande du PNUD, Edgeryders lança un projet (Spot the Future) pour savoir en quoi consiste cet avenir pour les habitants d’Arménie, de Géorgie et d’Égypte. Grâce à des conversations en ligne et des analyses de réseau, Edgeryders put se faire une idée précise des projets déjà en cours et des objectifs poursuivis, et inciter les citoyens, groupes et organisations concernés à façonner l’avenir de leur pays respectif.

Par exemple, en Égypte, les habitants d’une banlieue n’avaient pas accès au périphérique du Caire. Le gouvernement ne voulait pas relier le quartier à la ville, le considérant comme une implantation informelle. Durant le Printemps arabe, les habitants ont pris les choses en main : ils ont obtenu les autorisations, loué le matériel nécessaire et ils sont parvenus à construire quatre voies d’accès. Si le projet avait été pris en charge par les pouvoirs publics, il aurait coûté le quadruple. Un bel exemple de changement issu de la communauté.


https://edgeryders.eu/

 

Numérisation
Retour Economie
Imprimer
Dans la même thématique - Article 9 /17 Combinaison de la numérisation et de l’énergie verte au Mozambique