U.N.Global Pulse: Les big data au service du développement

Benoit Dupont
01 décembre 2016
Les Nations unies misent sur le potentiel des big data comme instrument complémentaire de lutte contre toutes sortes de crises (sanitaires, climatiques, alimentaires,…) affectant les pays en développement. Les technologies de l'information et de la communication  au secours des populations vulnérables : est-ce possible ?

 

Notre comportement sur Internet génère une quantité énorme de données : ce que nous achetons, le type de site que nous visitons, nos préférences de voyages, qui sont nos amis, quels sont nos opinions politiques ou religieuses, qu’avons-nous récemment liké sur Facebook, etc. Toutes ces informations peuvent être collectées, croisées et constituent une source inestimable de renseignements sur notre profil social, de consommateur, de citoyen etc. Ce sont les big data, données massives ou mégadonnées. Elles peuvent être utilisées à diverses fins : commerciales, bien sûr, mais pourquoi pas aussi dans un but d’aide au développement ou pour des projets humanitaires ?

 

UN Global Pulse

C’est le pari de UN Global Pulse, une initiative du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, en matière d’innovation sur les big data. La vision du projet est de construire un avenir dans lequel les big data sont exploitées en toute sécurité et de façon responsable, en tant que bien public. Le slogan de Global Pulse est sans équivoque : ‘Exploiter les big data pour le développement et l’action humanitaire’.

L'initiative a été lancée en 2010, suite à la crise économique mondiale, sur la base du constat que les données numérique offrent une meilleure compréhension du monde et des hommes, et permettent d'obtenir des informations en temps réel sur la façon dont fonctionnent les réponses politiques à certaines crises. Les données peuvent donc être au service des politiques publiques en donnant une image de la réalité locale et des besoins. Elles prennent le pouls d’une population et participent ainsi au processus de prise de (bonnes) décisions.

Les Nations unies sont conscientes des risques d’atteintes à la vie privée des individus et travaillent au perfectionnement du cadre juridique qui doit garantir un juste équilibre entre les droits de chacun.

Des mains manipulent une tablette
© Shutterstock

À cette fin, Global Pulse travaille à mieux faire connaître le potentiel des big data, à forger des partenariats académiques et public-privé sur le partage de données, à générer des approches et des outils d'analyse via son réseau de laboratoires (pulse labs), et à promouvoir l'adoption d'innovations utiles à travers le système des Nations Unies.

 

Twitter

Le 23 septembre de cette année, UN Global Pulse a annoncé la signature d’un accord de partenariat avec Twitter, qui autorise l’accès à ses données pour soutenir la réalisation des Objectifs de Développement Durable. Concrètement, cela signifie que les acteurs du développement pourront accéder aux flux de données des utilisateurs, contenant des informations sur le coût des denrées alimentaires, l’accès aux soins de santé, la qualité de l’éducation, les catastrophes naturelles etc.

Les traces que nous laissons sur la toile et les médias sociaux peuvent paraître anodines. Mais les données ainsi produites sont extrêmement puissantes. Le tout est d’en faire bon usage et donc de les protéger. Les Nations unies sont conscientes des risques d’atteintes à la vie privée des individus et travaillent au perfectionnement du cadre juridique qui doit garantir un juste équilibre entre les droits de chacun.

www.unglobalpulse.org

Numérisation Big data UN Global Pulse
Retour Economie
Imprimer
Dans la même thématique - Article 6 /17 Des drones pour garantir la sécurité alimentaire