Lecture rapide

Des femmes défavorisées apprennent à programmer

Chris Simoens
01 décembre 2016

L’entreprise sociale Laboratoria (Pérou) enseigne la programmation aux jeunes femmes issues de milieux défavorisés, mais dotées d’un potentiel important.

 

L’enseignement supérieur privé est trop cher, tandis que le réseau public est surpeuplé et d’un faible niveau. Laboratoria propose donc des formations abordables de qualité. Les étudiantes peuvent ensuite être engagées dans des entreprises de logiciel, où elles peuvent en moyenne tripler leur salaire. Les 400 femmes qui ont entretemps bénéficié des formations peuvent même concurrencer les experts informatiques universitaires.

Au Pérou, la demande est énorme : ces dernières années, l’industrie du software connaît une forte croissance. D’ici 2025, les développeurs de logiciels d’Amérique latine emploieront 1,2 million de personnes. La chasse aux talents est donc ouverte. Laboratoria aide également à égaliser le rapport hommes-femmes au sein du secteur des TIC, qui accueille les collaboratrices à bras ouverts en raison de leur approche différente des problèmes.

Laboratoria évite donc aux femmes des emplois peu rémunérés et leur permet de collaborer à l’expansion d’une industrie prometteuse. Laboratoria reçoit notamment le soutien de Google, de la Banque interaméricaine de développement et de l’agence d’innovation péruvienne.

www.laboratoria.la

Numérisation Pérou Femmes Éducation
Article suivant Du minerai de conflits dans nos appareils électroniques